Karneval RPG

Forum RPG basé sur le manga KARNEVAL
 

Partagez | 
 

 Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Mar 8 Oct - 16:07

Oh Gareki ! Te voilà enfin tu allais être en retard en cours. Tu sors de ta chambre, celle que tu partages avec Shishi. Paré de ton uniforme spécial Chronomei tu pars vers l'aventure vers la salle d'entrainement. Tu soupires, tu n'es pas vraiment fait pour les cours, mais comme tu en as eu la volonté, alors tu le fais et puis au fond, Circus t'intéresse.

Tu marches donc, tes cheveux noirs d'ébènes ornés de lunettes de mécanicien, un sac de cours en main et une tête à faire peur (comme d'habitude). Ralalah, tu pourrais peut-être sourire un peu nan ? Ah c'est mieux...Non en fait t'es mieux comme t'es. Nan je déconne. Ahem, je m'écarte je m'écarte.

Donc actuellement tu grimpes les escaliers, tu en redescends, tu traverses une cour et là tu es dans les couloirs. Tu continues de déambuler en toute tranquillité. Tu t'ennuies et tu soupires encore pour la deuxième fois depuis ce matin. Heho tu m'écoutes ou pas ? Pfff. Te voilà dans tes pensées, à ne pas savoir ou tu vas. Je dirais même plus, tu zigzag un peu si bien que tu finis par rentrer dans quelqu'un et de la faire tomber. Cela sonne comme un gong pour toi et tu t'éveilles subitement. Tu regardes en face, puis par terre et tu vois que t'as renversé quelqu'un. Mettant du temps à agir, tu es d'abord, gêné avant d'afficher une tête inquiète et désolé :

Pardon, je ne regardais pas ou j'allais. Dis-tu tout simplement, sans en rajouter et en regardant cette personne que tu as bousculé accidentellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Mar 8 Oct - 20:40


Revoilà la jeune délégué au caractère imprévisible et aux envies de meurtres ce matin, il faut dire que tout allait de travers depuis quelle est sortie de son lit. Tout d’abord en voulant aller se doucher il n’y avait plus d’eau chaudes, pendant quelle déjeuné elle c’est brûlée la langue avec son chocolat chaud, voir bouillant. Ensuite pour ne pas en finir elle tâche son uniforme en se brossant les dents dans les salles d’eau à cause d’une fuite de robinet juste à son passage au lavabo, suite à cela elle avait dût s’habiller d’un simple uniforme scolaire de remplacement pas très esthétique et convenable à l’uniforme obligatoire. Heureusement pour elle les cours n’était pas de mise pour elle aujourd’hui, étant déléguée il lui arrivait comme ces compères de s’absenter une journée pour suivre des réunions qui l’ennuyait comme jamais mais obligatoires et suite à cela elle avait quartier libre le reste de la journée, mais derrière cela impliquait un gros travail de rattrapage, c’est pour cela que peut de personne se présente aux élections des délégués en première année. Ce double travail décourage souvent les élèves. Sauf la bi colore qui recherche constamment des défie et adorant se surpasser. Habillée donc d’une simple chemisette blanche ornée d’une cravate noir, une petite jupe noire aussi et des collant à mi cuisses blanches, quelle partait vers l’une de ces interminables réunions.
tenue♥:
 
Et pour continuer cette belle journée ensoleillée et dégagée de tous nuages. Elle venait de ce prendre une suite de notes des plus catastrophiques dût à une baisse de régime à cause de la surcharge de travail quelle s’imposait à elle-même. En effet c’est une fille plutôt dure avec elle-même. Voulant toujours être la meilleurs dans tout ce quelle entreprend, elle s’impose un mode de vie strict. Ce qui peut lui faire paraitre des fois assez froide et distante envers les autres. Peut être est-ce pour celas quelle à hérité du doux surnom de « princesse des glaces » par les dernières années et surtout par les garçons. Elle fessait comme si de rien n’était et que celas ne a touchait pas. Mais au fond d’elle c’est tout le contraire qui ce passait, elle était blessée et avait peur du coup d’approcher des garçons de peur de ce faire humilier, et le cachait sous une attitude méprisante et une indifférence totale. Cela dit la journée n’est pas finit pour cette demoiselle aux cheveux fort original. Arpentant les couloirs pour rejoindre les toits un endroit privilégié, dont elle seule avait récupéré les clés, là haut elle avait aménagé avec l’aide de sa complice et colocataire un petit endroit cosie et douillé pour servir d’espace détente et révision. Marchant tranquillement son attention est attirée irrémédiablement par les cries hystériques de groupies qui, comme un troupeau d’éléphants, courraient dans les couloirs à la recherche de ce fameux prince de Chronomei. Soupirant longuement elle avait presque pitié d’elles et de leur maturité aussi grande que celle d’une gamine de huit ans devant Barbie princesse des fées.

« Tsss pitoyab… tchh aie !»

Sans comprendre elle se prend de plein fouet quelque chose et tombe titubant en arrière sur le sol glacé du couloir. Ecarquillant les yeux elle regarde ce quelle à percuté et reste bouche bée. Elle reconnait très bien le garçon de la soirée de remise de diplômes avec qui elle avait recherché le petit albinos durant la soirée. Se relevant par elle-même elle serrait ses petits poings, dépoussiérant sa jupe noir elle bouillonnait, c’était la goûte d’eau qui fessait déborder le vase. La tête baissée les yeux cachés sous sa frange rose et violette, elle était droite comme un piqué et grinçait des dents comme si elle était prête à exploser comme une cocotte minute.

"Pardon, je ne regardais pas ou j'allais."
« GAREKI !!!!!!!!!!!!!!!!! …… »

Levant brusquement la tête elle appui violemment son doigt sur sa poitrine pour accentuer ses paroles avec un regard noir.

« "Tu devrais faire attention ou tu mets les pieds." hein ! Ça te rappel quelque chose ?! Tu devrais faire pareille gros malin… je suis si invisible que ça que tu me fonce dessus ! C’est incroyable d’être aussi blasé on dirait que t’es en deuil perpétuelle, tu crois que moi j’aimerais pas aussi tirer une tête de six pieds de long ! Mais je garde tout pour moi et je souris pour faire bonne figure et pas accabler tout mon entourage ! Rien que aujourd’hui j’ai eu une matinée merdique ! Tu comprends ça MERDIQUE ! Je me suis brûlée, arrosée, poussée, j’ai eu des notes pitoyables et tout ça pourquoi ? PARCE QUE JE VEUX TOUJOURS EN FAIRE TROP ! Résultat je m’en prends toujours plein la gueule !...Attend…..pourquoi je te raconte tout ça ? »

Essoufflée de son moment de colère subite elle retire son doigt elle le regarde perplexe comme si elle avait oublié le début de tout ce discourt, bizarrement elle se sentait légère et soulagée d’avoir déversée sa colère sur ce pauvre jeune homme qui passait malencontreusement par la et qui eu la fâcheuse idée de la bousculer au mauvais moment. Levant un sourcil elle fini par lui offrir son plus beau sourire et lui tapoter l’épaule.

« Bon…désolé pour ça, mais merci quand même sa ma beaucoup aidée de te parler, sans rancunes hein ♥! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Dim 27 Oct - 14:31

Tu venais de percuter la déléguée. Aie bonjour les ennuis. Tu espères qu’elle ne te fait rien remarquer mais non elle se déchaine sur toi. Mon pauvre, je crois que tu aurais dû sortir de tes pensées. Tu la fixe avant de sursauter quand elle haussa le ton ce qui le mit d’une mauvaise humeur et se fit pousser un peu fronçant les sourcils noirs.

« "Tu devrais faire attention ou tu mets les pieds." hein ! Ça te rappel quelque chose ?! Tu devrais faire pareille gros malin… je suis si invisible que ça que tu me fonce dessus ! C’est incroyable d’être aussi blasé on dirait que t’es en deuil perpétuelle, tu crois que moi je n’aimerais pas aussi tirer une tête de six pieds de long ! Mais je garde tout pour moi et je souris pour faire bonne figure et pas accabler tout mon entourage ! Rien que aujourd’hui j’ai eu une matinée merdique ! Tu comprends ça MERDIQUE ! Je me suis brûlée, arrosée, poussée, j’ai eu des notes pitoyables et tout ça pourquoi ? PARCE QUE JE VEUX TOUJOURS EN FAIRE TROP ! Résultat je m’en prends toujours plein la gueule !...Attend…..pourquoi je te raconte tout ça ? »

Tu grognas en attendant qu’elle se calme car ça t’énerves et tu as envie de la frapper. Cependant tu te retiens, pour une raison que tu ignores ? Peut-être par pitié ou bien simplement par galanterie, qui sait ? Elle ajouta de manière spontanée en lui souriant, ce qui l’agaça encore plus la regardant un peu méchamment et repousse gentiment ça main

« Bon…désolé pour ça, mais merci quand même sa ma beaucoup aidée de te parler, sans rancunes hein ♥! »

Il râla de nouveau de manière auditive avant de rappliquer en haussant la voix aussi forte qu’elle :

« Wow ! Calme ta joie okay ?! Je ne te connais pas je ne vois pas pourquoi je devrais écouter tes histoires à dormir debout ! Tu es déléguée parce que tu l’as choisi alors ne joue pas celle qui a trop de travail ! Et non je ne suis pas en deuil perpétuel, je suis blasé je l’ai toujours été et cela ne changera pas car j’ai eu plein de problème dans le passé ! J’ai été embarqué dans circus, j’ai vu des vargas partout je me suis fait attaquer par des chimères, j’ai participé à un raid de circus, j’ai perdu ma sœur et mon frère adoptif, j’ai été vendu dans un bateau ou les gens faisaient des expériences sur les gosses et qu’ils crevaient tous dans cet machin insalubre et toi tu trouves ta vie merdique ?! Pfff…

Tu soupiras avant de la fusiller du regard et de t’éloigner en la snobant, en pêtard. Les poings serrés tu as tout de même été fort sur ce coup espérant ne pas la faire fuir même si là elle l’avait bien recherché et il ajouta :

Ne me remercie pas, je n'ai pas cherché à t'aider, personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Mar 29 Oct - 10:33


c’est sans stupéfaction que la bi colore regarde ce garçon de ses grands yeux azure. Prise au dépourvus elle le regarde perplexe, elle n’est pas dupe elle se préparer à une réaction de sa part. Il faut dire quelle c’est abattus sur ce pauvre élève comme la foudre sur un arbre. Sont regard lui glaçait le sang, et elle frémit légèrement comme si un vent glacer s’installait autour d’eux. Pour ça défense elle ne l’a pas agressé intentionnellement, il était juste là au mauvais moment au mauvais endroit. Ce soudain moment de rage de la part de la délégué était prévisible, elle aurait très bien pus tomber sur un autre élève. Mais n’a telle pus ouvrir la bouche que sa victime, son interlocuteur l’inonda tout comme elle avec une voix qui lui fit avaler sa salive de travers, d’un monologue des plus assassin.

« Wow ! Calme ta joie okay ?! Je ne te connais pas je ne vois pas pourquoi je devrais écouter tes histoires à dormir debout ! Tu es déléguée parce que tu l’as choisi alors ne joue pas celle qui a trop de travail ! Et non je ne suis pas en deuil perpétuel, je suis blasé je l’ai toujours été et cela ne changera pas car j’ai eu plein de problème dans le passé ! J’ai été embarqué dans circus, j’ai vu des vargas partout je me suis fait attaquer par des chimères, j’ai participé à un raid de circus, j’ai perdu ma sœur et mon frère adoptif, j’ai été vendu dans un bateau ou les gens faisaient des expériences sur les gosses et qu’ils crevaient tous dans cet machin insalubre et toi tu trouves ta vie merdique ?! Pfff…»  

« ….»  

Sur le coup elle ne savait plus ou se mettre, ses yeux le fixaient comme deux fenêtres vides de paysage. Elle ne comprenait pas bien ce revirement de situation et essayait d’assimiler tout ce qu’il venait de littéralement lui balancer à la figure. Elle ne s’imaginait pas une seconde tout ce qu’il à vécu, c’est alors quelle se rappel avoir lut son dossier scolaire, en cachette bien sur curieuse de savoir qui il était après l’avoir rencontré une première fois à la soirée de remise de diplômes, même si lui n’a pas l’aire de s’en rappeler … Il était vrai que celui-ci ne mentionnait que très peu de chose sur lui, une vrai énigme, un mystère. Comme si son passé était inconnue ou caché. Penchant la tête elle le regarde s’éloigner en la snobant d’une façon vraiment rageante. Ni une ni deux elle lui attrape le bras et tout en le tirant vers elle lui inflige un violent coup de pied dans les abdos. Le projetant un peu plus loin, elle le regarde s’étaler, n’aillant toujours pas conscience que ses coup peuvent blesser elle ne limite pas sa force qui est entretenue tout les jours par des entrainement quelle s’inflige à elle-même dans le but de pouvoir être toujours en encore la meilleur.

« NON mais t’es SERIEUX ! Tout le monde à eu des soucis dans sa vie, certes tu n’a pas eu une enfance joyeuse mais il y en à beaucoup ici qui s’ont dans le même cas que toi. Les vargas ? Toute l’académie entière en à eu sa dose je vais te dire, on ne vient pas ici pour le fun, ou pour les uniformes… c’est vrai je suis allée fort en te parlant de ce qui m’ai arrivé ce matin ! Mais tu à été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase… j’ai peux être pas une vie si merdique que Môssieur qui porte le poids du monde sur ses épaules, mais moi au moins je n’accable pas le monde entier avec ma tronche de deux pieds de long *soupire puis attrape son col* Et la tu viens d’aggraver ton cas pti’ gars ! »

Respirant fortement pour se calmer elle le regarde puis détourne le regard silencieuse elle le contourne et continue sa route les yeux caché par sa frange rose et violette. S’arrête dos à lui les poings serrés.

« Tu as peux être vécu tout celas mais au fond sa ta aidé et aujourd’hui tu ne peux pas dire que tu es seul, je l'est bien vue a la soirée combien tu était entouré.*serre les dents *Tu pas dire que tu es seule au moins. A ta place je serais heureux de recevoir ce cadeau. J’ai bien vue à la soirée tout les amis qui t’entourais … comme une famille même. Tu joue les martyre alors que tu as de quoi te relever et vivre comme tout le monde, car tu peux te reposer sur des gens qui t’aime. Alors ne viens pas jouer les enfants battus avec moi, tu n’as aucune idée de ce que les autres peuvent avoir vécus dans leurs passé. Je peux te dire que certains porte constamment un poids sur eux tout comme toi mais ce n’est pas pour autant qu’il le crie sur les toits pour un simple accrochage avec quelqu’un… Sur se bonne journée !»  

Son discourt sonnait comme un texte quelle ne voulait pas faire entendre, sa voix tremblait et vacillait sous les émotions quelle ressentait à ce moment la, tristesse, déception, rage… Sans le vouloir elle se rappel de son père et de son passé, la honte lui collant constamment à la peau depuis toujours. Ses joues s’humidifie par les larmes quelle n’arrive pas à contrôler, passant ses doigts fins elle essuie ses gouttes et reprend sa route sans rien dire un mot de plus ni un regard


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Jeu 5 Déc - 11:38

Tu avais attendu sa réponse et lorsqu'elle atteint tes propres oreilles, tu te mis à grimacer. Elle était en train de te renvoyer l'appareil avec une telle force de parole que tu grimaçais et tu mettais la queue entre les jambes, devenant irrité et très mal à l'aise.

« NON mais t’es SERIEUX ! Tout le monde à eu des soucis dans sa vie, certes tu n’a pas eu une enfance joyeuse mais il y en à beaucoup ici qui s’ont dans le même cas que toi. Les vargas ? Toute l’académie entière en à eu sa dose je vais te dire, on ne vient pas ici pour le fun, ou pour les uniformes… c’est vrai je suis allée fort en te parlant de ce qui m’ai arrivé ce matin ! Mais tu à été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase… j’ai peux être pas une vie si merdique que Môssieur qui porte le poids du monde sur ses épaules, mais moi au moins je n’accable pas le monde entier avec ma tronche de deux pieds de long *soupire puis attrape son col* Et la tu viens d’aggraver ton cas pti’ gars ! »

Elle avait raison d'un côté, mais ça n'empêchait pas que comme tu vivais à Chronomei, ils ne te voyaient qu'une fois pendant les vacances car à ce moment là tu retournes dans le vaisseau, ou alors quand ils passaient au lycée, ce qui du coup fait que tu as l'impression d'être seul, bien que tu saches qu'en fait tu étais vraiment bien entouré avec des personnes uniques comme Yogi, Nai, Tsukumo et bien d'autres encore. La tête dans le creux de tes épaules, tu ne vis pas le coup de pied arriver contre ton torse qui te fit vaciller et tu tombas à la renverse, quelques centimètres, quelques mètres plus loin. Tu t'étais fait mal au crâne car tu t'étais cogné, mais rien de méchant. Tu te pris des piques dans la figure ce qui te rabaissa de nouveau. Tu te sentais mal et tu voulais partir de t'être comporté ainsi envers une fille. Pourquoi tu te comportes comme ça ? Tu n'as pas l'habitude envers la gente féminine d'être aussi gêné.

Bref, tu te relevas avec tout ton courage et tu l'observas de haut en bas. Ce qui attira ton attention, c'est ce qui dévalait la pente de son visage. La jeune fille aux cheveux violets et rose pleurait, tu ne sais pas pourquoi mais tu la voyait pleurer. Nouveau coup mortel pour ton cœur, tu se sentais mal, pire qu'il y a une minute. Tu hésitais à lui parler, te sentant fautif de ce qu'il venait de se passer et surtout tu ne savait pas comment réagir face à elle, peur qu'elle t'agresse de nouveau.

« Tu as peux être vécu tout celas mais au fond sa ta aidé et aujourd’hui tu ne peux pas dire que tu es seul, je l'est bien vue a la soirée combien tu était entouré.*serre les dents *Tu pas dire que tu es seule au moins. A ta place je serais heureux de recevoir ce cadeau. J’ai bien vue à la soirée tout les amis qui t’entourais … comme une famille même. Tu joue les martyre alors que tu as de quoi te relever et vivre comme tout le monde, car tu peux te reposer sur des gens qui t’aime. Alors ne viens pas jouer les enfants battus avec moi, tu n’as aucune idée de ce que les autres peuvent avoir vécus dans leurs passé. Je peux te dire que certains porte constamment un poids sur eux tout comme toi mais ce n’est pas pour autant qu’il le crie sur les toits pour un simple accrochage avec quelqu’un… Sur se bonne journée !»

Ce qu'elle venait de t'annoncer sur ta situation, même si tu la connaissait bien, te faisait tilter, car tu avais la sensation d'entendre la récitation d'un poème pour enfant. Tu frissonnas de ton corps de jeune adolescent et tu glissas ta main dans tes cheveux noirs par ta gêne et tu décidas d'avancer vers elle pour t'excuser et tu la retiens par le poignet avec une certaine fermeté, mais cela fait partie de ton caractère un peu froid et un peu brut, mais tu gardais cependant une certaine douceur, une certaine délicatesse envers elle, ne voulant ni lui faire peur ni lui faire mal. Après tout, elle ne t'avais rien fait, elle devait certainement se sentir mal et toi tu n'avais fait qu'enfoncer le clou :

« Dé...désolé de m'être comporté comme ça. J...Je...je ne voulais pas te faire pleurer. Je ne....je ne sais pas ce qui m'a....m'a pris de faire ce genre et chose et j'espère que...euh que tu ne m'en veux pas. Et puis...Je me demande si quelque chose ne va pas... Tu n'as pas l'air dans ton assiette. Je suis en retard mais ce n'est pas grave... Tu n'a pas l'air euh...d'aller bien, si tu veux tu peux en parler je peux peut-être comprendre...Enfin je peux essayer de t'aider... »

Tu lui disais ceci en cherchant désespérément tes mots ne sachant pas comment t'y prendre et tu bégayais carrément à l'idée de lui parler comme ça se sentant débile et pas très fier. Et il y a une chose qui accentua ton malaise : Tu rougissais, comme une gamine, comme une fillette. Ah quelle honte. Comme dis plus haut, tu aurais mieux fait de rester au lit. Mais la chose était faite et tu voulais curieusement vraiment l'aider sentant son besoin de parler et sa tristesse sur la conscience. Tu disais ça mais tu ne pensais pas pareil, tu avais l'estomac bizarre et à chaque fois que tu la regardes tu penses à des choses que tu n'aurais jamais pensé.

« Alors euhm....tu veux bien ? » lui dis-tu avec timidité et perte de confiance sur le coup, te disant que tu réagissait comme un petit copain réagirait avec son amour attristé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Jeu 5 Déc - 14:08

Énervée, boudeuse, mise hors d'elle et surtout culpabilisant de son comportement un peu odieux envers cet élève qui n'avait rien demandé, elle entama son chemin pour aller sur les toits. Le seul endroit de l'académie où elle ne semble pas enfermée entre des murs à hautes sécurités. Un endroit aménagé comme un cocon bien douillé. Un endroit qu'elle seul connait jusqu'à aujourd'hui. Ce lieu qui serait certainement démantelé si la hiérarchie en prenait conscience. Elle avait presque oublié la présence de ce garçon qui ne disait plus un mot, qui ne réagissait pratiquement plus. L'avait-elle perdu en cours de route ? Où était-il simplement vexé de s'être confronté à elle ? Dieu seul le sait, Ash n'avait pas encore la capacité de lire dans les pensées. C'est sans se retourner qu'elle continuer ses petits pas hésitant les yeux humides et la vision quelque peu brouiller à cause des larmes. D'un revers de la main, elle vient essuyer, c'est trace de humides qui roulent sur ses joues, rosies par la tristesse qui lui a subitement pris le corps en se souvenant pourquoi elle était elle-même en ces lieux.

Dans sa marche, elle se fait subitement retenir par le poignet, regardant par-dessus son épaule, elle voit le visage de jeune brun plus prés d'elle alors qu'elle venait de s'éloigner de lui. Un peu surprise, elle le fixe comme une ahuri, ses yeux bleus étaient cernés de rouge à cause de son moment de détresse. Elle ne savait pas vraiment quoi dire et se contente d'ouvrir légèrement la bouche pour signifier que la situation l'échappait un peu, ses petites lèvres rose pastel boguaient, mais rien ne sortait de sa bouche, ses cordes vocales étaient comme absentes, mais surtout les mots se brouillaient dans sa petite tête. En le regardant, elle voyait la gêne placardée comme une affiche de propagande sur son visage. Ses joues rougirent lui donnait un petit air cocasse et elle commence à se mettre à le regarder d'une toute autre façon. Subitement, ses rougeurs viennent aussi lui couvrirent ses joues à elle. Déjà à la soirée, il n'était pas passé inaperçu pour elle, mais le voir en vrai perdant un peu de sa froideur la met bizarrement mal à l'aise.

« Dé...désolé de m'être comporté comme ça. J...Je...je ne voulais pas te faire pleurer. Je ne....je ne sais pas ce qui m'a....m'a pris de faire ce genre et chose et j'espère que...euh que tu ne m'en veux pas. Et puis...Je me demande si quelque chose ne va pas... Tu n'as pas l'air dans ton assiette. Je suis en retard mais ce n'est pas grave... Tu n'a pas l'air euh...d'aller bien, si tu veux tu peux en parler je peux peut-être comprendre...Enfin je peux essayer de t'aider... »

C'est en écarquillant les yeux quelle le regarde des plus surprise, toujours accrochée par son poignet de main. Baissant un peu la tête elle détourne le regard sur sa prise et reste quelques instants silencieux cherchant quoi répondre, et surtout comment se comporter devant lui. Faire honneur à son surnom de princesse de glace et le rembarrer comme il se doit, ou prendre sur elle et montrer la vraie Ash qui, en réalité, est un vrai shamalow vivant. Soupirant longuement elle relève les yeux vers lui essayant de montrer une certaine confiance.

« Premièrement je ne pleurais pas ! Je ne sais pas ce que tu vas t’imaginer mais je ne vais pas pleurer pour si peux …. Et deuxièmement, si tu voulais vraiment m’aider et me parler tu n’aurais pas dis que étais en retard pour je ne sais où ! Désolé d’être cassante mais je n’aime pas les gens qui ont pitié de moi. »

Elle le fixe peut être un peu trop, mais ne se défait pas de son emprise curieusement, mais sans le comprendre, elle commençait à se pincer les lèvres se disant quelle était bien dure envers lui, il semblait sincère tout à-coup et ses rougissements persistants, sa voix timide et bégayant la touchait vraiment, soupirant, elle lui prend, sans rien demander, sa main et le tire avec elle. Évitant de croiser son regard, elle s'est aperçue que celui-ci l'hypnotisait presque. Ses yeux gris bleu étaient soudainement quelque chose qui l'intimidait.

« Désolé ….je…..je me braque quand je ne suis p….pas dans mon assiette….tu n’as rien demandé et je m’acharne sur toi. »

Sans le vouloir, elle baissait totalement sa garde face à lui, quelque chose qui lui arrive très peu, à vrai dire, elle ne comprenait pas vraiment son attitude face à cet inconnu. elle était honteuse d'avoir dit de telles choses et de l'agresser de la sorte. Elle se mettait à avoir les joues vraiment rosées rien qu'en regardant ses yeux la fixer, des frissons dans le corps en lui tenant la main. Mais elle se disait que c'était peu être le résultat de sa journée commencée du mauvais pied. Marchant dans les couloirs, elle restait assez silencieuse tout en l’entraînant avec elle, arrivant devant un distributeur de barres chocolatées, elle toussote et essai de le regarder sans perdre ses moyens.

« Si tu veux pour ne pas te mettre en retard tu n’as qu’à m’offrir un truc à grignoter et je prendrais sa comme une excuse et tu ne seras pas en retard pour ton rendez vous. »

Elle se rendait compte tout à-coup que s'il acceptait, elle ne le reverrait peut-être plus et c'est un sentiment de déception qui lui parcourt soudainement le corps elle baissa la tête les traits de son visage un peu attristés. Pourquoi réagissait-elle comme cela ? Elle ne comprenait pas, mais ne devait pas le montrer de peur de paraître ridicule devant lui. Il avait certainement mieux à faire que de traîner avec elle, il doit être comme ces personnes importantes de l'académie, nous pouvons que regarder de loin, mais jamais les toucher. Il joue de temps en temps au bon samaritain, mais ça s'arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    Mer 22 Jan - 18:27

Tu semblais t’agacer, et c’était le cas. Cette fille passait dans tous ses états et tu ignorais pourquoi. En tout cas, elle t’énervait un peu. Mais bon. Après tout, quoi de plus énervant qu’une fille dans la vie ? Bref, tu l’observes faire son manège incessant entre pleurs et cris, c’était le cas de le dire, et tu attendais de pouvoir placer une phrase bien gentiment, bien calmement en évitant de t’emporter, pour ne pas envenimer les choses.

« Premièrement je ne pleurais pas ! Je ne sais pas ce que tu vas t’imaginer mais je ne vais pas pleurer pour si peux …. Et deuxièmement, si tu voulais vraiment m’aider et me parler tu n’aurais pas dis que étais en retard pour je ne sais où ! Désolé d’être cassante mais je n’aime pas les gens qui ont pitié de moi. »

Tu marmonnas quelque chose d’imprononçable dans ta bouche. Tu n’étais pas aveugle et tu voyais bien qu’elle pleurait quand même. Grognant et franc tu lui fis remarquer, sans faire attention à sa réaction :

« Tss… Tu dis que tu ne pleurais pas, mais je doute que ce qui coule sur ton visage soit autre chose qu’une larme » Cassant. Froid. Comme d’habituuuude…ahem.
Nouvelle réaction de sa part…


« Désolé ….je…..je me braque quand je ne suis p….pas dans mon assiette….tu n’as rien demandé et je m’acharne sur toi. »

Elle s’excusait et avait l’air sincère, du moins c’est ce que tu peux voir en l’observant se renfermer un peu. Tu voulais t’approcher pour lui faire comprendre que tu ne lui en voulais pas. Mais quel progrès te dis-tu. Cela te fait bizarre de voir une personne aussi bipolaire qu’elle qui peut passer d’une émotion à une autre sans sourciller, au point que ça t’embrouille sur le coup.

« Si tu veux pour ne pas te mettre en retard tu n’as qu’à m’offrir un truc à grignoter et je prendrais sa comme une excuse et tu ne seras pas en retard pour ton rendez vous. »

Et il se trouve que cette même personne qui venait de pleurer et de te faire la moral il y a à peine une dizaine de minute, te propose de partager une barre de céréale. Ben voyons ! Comme si il n’était pas assez en retard comme ça. M’enfin, sécher un peu de théorie n’est peut-être pas une si mauvaise chose. De toute façon, tout le monde sait que tu préférerais être devant un engin et le dépouiller comme un policier dépouillerait une victime. Tu la regarde une nouvelle fois, perplexe et un peu pris au dépourvu. Tu ne savais pas comment réagir face à elle, et à la réception même tu avais ressentis la même chose. Tu esquissas un semblant de sourire, bien que réel, et tu la regardas de tes yeux aussi bleu que les lagons des îles tropicales. Tu finis par hocher la tête et tu lui réponds, prenant un calme et une gentillesse fort agréables :

« Ce n’est pas que je ne veux pas sécher, mais vu que je serai en bonne compagnie, ça sera sans refus »

Et puis, tu te rapprochas réellement d’elle lui proposant humblement de te suivre connaissant assez bien l’établissement, depuis le temps que tu campes ici et tu entamas une marche avec elle espérant qu’elle vienne avec toi. Car tu en as réellement envie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre entre une hystérique du classeur et un blasé de la vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donjon des mouettes, récapitulatif hystérique des articles
» Vous avez une sorte de désespoir hystérique dans votre rire
» 4Th X Let's get the party started
» Minuit l'heure du crime [Vicky]
» Viens dans ma cabane, on est bien tu verras. (Janet&Sarah) (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karneval RPG :: Section HRP :: RP abandonnés/Terminés-
Sauter vers: