Karneval RPG

Forum RPG basé sur le manga KARNEVAL
 

Partagez | 
 

 Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Jeu 13 Juin - 15:17


    Encore au bureau pour une histoire de papiers, de délais, en ce moment cela devait être la saison, tout le monde était sous pression et avait une certaine envie de performances. D'accord, mais en attendant j'étais le seul encore présent à une heure du travail à vérifier que tout était fait et bien fait. Je dirige une entreprise de musique et d'audiovisuel, j'essaye de rendre accessible tout cela, mais j'ai besoin d'une équipe compétente et qui ne ce contente pas seulement de faire le travail demander.
    C'est pour cette raison que j'étais encore en train d'examiner plusieurs projets en cours, et cet intermédiaire nommé Uro qui n'arrêtait pas de m'appeler pour un rien. Je ne suis d'un soutient dans leur organisation et je ne veux rien à voir avec eux. Je ne suis qu'un partenaire...

    Je m'arrêtais deux minutes, regardant les lumières de la ville, il fallait que je me méfie et garde un plan de secours face à une éventuelle lâcheté de leur part.

    Pour l'instant je n'avais surtout pas un moment pour moi, il fallait que j'aille me coucher sinon demain j'allais tomber. Un rendez-vous à Karasna m'attendais vers dix heures. Un de mes gardes vint alors frapper à ma porte. Il fallait que je rentre.


    « Monsieur, la voiture est prête... »

    Au moins eux ils étaient prévenants et efficaces, voilà ce que j'attendais de mes employés, j'allais donc avoir une certaine discussion avec eux. Je me levais, puis remettais mes affaires en ordre avant de faire signe à Quentin qu'il pouvait y aller, que j'arrivais. Un dernier coup d'oeil et hop, j'étais partis pour dormir environ trois heures puis repartir.
    Nous arrivâmes bientôt au Manoir, j'étais seuls, ou du moins c'est ce qu'on pouvait penser, mais j'avais des chambres pour mes gardes, mes jardiniers et l'entretient de la maison. La cuisine ? J'étais seul à la faire. Disons que les employés possèdent une ailes pour eux et moi une autre. Juste au cas où.

    Nous passâmes alors le portail en fer forgé noir, puis on me déposa à l'entrée. Je saluais mes gardes, et les envoyais se reposer un peu. La nuit allait être courte.

    Une fois arrivé dans ma chambre j'enlevais une partie de mes vêtements puis me laissais aller sur le mon lit. Le silence régnait et ce n'était pas plus mal. Je ne dormis pas d'un sommeil tranquille repensant à ma mère, mon père et à maintenant. Au fait que j'étais seul. Etait-ce grave ? Je ne pense pas, mais ma mère avait pour habitude de me dire lorsque j'étais jeune, qu'il y a une personne sur cette planète qui est faite pour moi. J'aimerai bien qu'elle se montre, mais en même temps je ne pense pas être capable de la reconnaître si elle se présente à moi.

    Je partis d'un air mauvais. J'étais tout à fait boosté, me demandant comment cette journée allait se passer. Nous devions enregistrer une nouvelle chanson aujourd'hui, avec un incapable ! Un capricieux ! Nous nous mirent en route vers cinq heures du matin pour arriver en avance. Je lisais alors un peu dans la voiture, me demandant comment j'allais secouer les puces de cet imbécile. Il allait m'entendre et surtout me comprendre. Je sortis de la voiture une fois arrivé. Le manager de l'imbécile me regarda un peu inquiet et me salua poliment pendant que l'autre mauvaise graine faisait comme s'il n'avait rien fait. Bien ! J'allais m'amuser.

    Nous rentrâmes au studio et Kirito (l'autre imbécile), commença à dire que lui n'enregistrait pas car il ne le voulait pas. Que c'était bien mais pas assez à sa hauteur. Je m'avançais alors près de lui, assez pour qu'il puisse sentir mon imposante carrure.


    « Ecoute-moi bien Kirito. Tu n'enregistres pas, d'accord, tu peux dire adieu à ta carrière. Je ferai passer le mot pour que plus personne ne te prenne avec lui, tu seras un pariât, la risée de la discipline. Alors, voilà, je te laisse jusqu'à ce soir. Si tu n'as pas enregistré, le contrat sera caduc et tu devras rendre les sommes dues. Sinon, tout ira bien encore nous pour le moment. »

    Je soutins son regard pendant deux nouvelles secondes avant qu'il ne les baisse un peu en panique. Je fais toujours ce que je dis, je ne rigole jamais. Je tournais alors les talons, saluant le manager déconfit puis alla faire un tour dans la ville. Une journée de congés dans cette belle ville c'était pas mal non plus...

    Il ne me restait plus qu'à trouver un coin tranquille, une activité. Je demandais à mes gardes de surveiller Kirito qu'il ne s'enfuit pas et demandais aussi la paix, soit un périmètre impénétrable de minimum neuf cent mètres autour de moi. Ainsi j'avais presque l'impression d'être seul. Maintenant, j'allais visiter un peu la ville, les boutiques d'instruments, et les salons de thé. Difficile à croire, mais j'aimais bien l'ambiance dans ce genre d'endroit. Personne d'intéressant pour l'instant... J'espérais que ça changerait assez rapidement sinon j'allais mourir d'ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Jeu 13 Juin - 17:43

« Soirée Chinoise !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »
Une banane sur le visage je marchais tranquille entre les étales d’un petit marché de Karasna qui proposaient de merveilleux produit pour cuisiner de bons plats. Ce soir comme tout les Jeudi soirs je fessais la cuisine pour mes loulous avec chaque soirs une cuisine du monde, j’étais plutôt douée en cuisine je le cache pas ! 
« Sa à l’air bon ça, je vais en prendre… »
Il fallait que je suive un certain budget alors il fallait que je fasse attention à ce que j’achète que le nécessaire les cuisines étaient déjà bien remplie. 
« Revient ici sale voleuse ! » 
Des cries d’enfant en pleure résonnaient dans mon dos, alors que je me retourne une petite tête blonde me fonce dessus en même temps manquant de me faire trébucher par le choc dans mes jambes, je me retiens et regarde de plus près ce qui m’attrapait la jambe. 
« Que …qu’est ce que… »
En même temps un homme de forte corpulence, mal rasé, bedonnant, avec des habits tachés lui courrait après. Par réflexe je lâche mes affaires qui s’éparpillent par terre et prend la petite fille, oui car c’était une petite fille, de 6 ou 7 ans je pense. La serrant contre moi je ne comprenais pas tout à fait se qui ce passait mais je me sentais obligée de la protéger. Fixant l’homme qui s’arrêta tout essoufflé devant moi je ne lâchais pas la fillette. 
« m…merciii…ma…made…mademoiselle …foufeee elle court vite cette morpione ! Donnez la moi s’il vous plait…. »
« Je ne crois pas non ! » 
Mon ton était sec et presque méprisant, la petite en sanglot dans mes bras tremblait comme une feuille, ca se voyait qu’elle était terrorisée par cet homme, mais pourquoi il la poursuivait ? Surtout en hurlant « sale voleuse »
« Je peux savoir ce que vous lui voulez ? »
Toujours aussi tranchante je ne lâchais pas le morceau voulant savoir le fin mot de cette histoire blottissant plus la petite fille contre moi pour essayer de la rassurer tant bien que mal. L’homme me fixait d’une façon si surprise que sa devenait bizarre. 
« cette voleuse ma volé des marchandises ! »
« Qu’elles marchandises ? »
« heu..je…du pain et des morceaux de viandes je croit. »
« Vous croyez ou vous en êtes sur faut savoir ? »
Mon regard été dur et froid, je répondais du tac au tac. Vu le regard qu’il me jetait ça se voyait que je l’embêtais dans ses démarches suspicieuse sur cette enfant. Regardant une dernière fois l’enfant qui en effet tenait contre elle un morceau de pain et une poche de petits bouts de viandes, je tournai le dos à l’homme lui tendant le reste de l’argent que j’avais encore sur moi. J’avais compris que la pauvre petite n’avais pas fait cela par méchanceté mais juste pour ce nourrir … des souvenirs de l’orphelinat me revenais en même temps, j’avais le cœur qui tremblais …. 
« Tenez sa couvrira ce quelle vous a volé, laissez là tranquille maintenant ! »
« Hey laisse la moi je vais pas le répéter ! »
« pardon ? » 
Posant la petite par terre je la met derrière moi pour me pencher sur cet énergumène. Un regard noir et le poing serré pour calmer ma colère montante. 
« Si j’étais vous je tournerez les talons vite fait avant d’avoir de vrai ennuies… je vous est largement remboursé ce qu’elle vous a volé alors lâchez là ok ! » 
Ni une ni deux il m’embarque le bras avec une poigne assez rude que j’en suis moi-même surprise et choquée sur le coup. Ce spectacle terrifia la petite fille qui se mit à courir pour s’enfuir. Lui reste à me tenir comme des pinces avec un regard qui me fait frissonner….
 
 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Jeu 13 Juin - 20:54

    Je me baladais sans réellement m'amuser, franchement depuis quand avais-je seulement était satisfait de moi-même et des autres ? Pas depuis un long, très long moment. Et pourtant ce n'était pas forcément parce que je voulais garder mon masque de marbre, non, je voulais aussi trouver le bonheur dans un sens, mais pour cela il faudrait que je trouve LA personne, celle qui m'acceptera tel que je suis, avec mes bons côtés mais surtout avec les mauvais.
    Je ne me leurre pas, je ne suis pas un gentil, je suis fourbe, méchant, menteur, mais j'adopte certaines conduites de mon entourage. Je suis capricieux mais je l'ai toujours été au moins un peu... Je commençais un peu à me poser des questions lorsqu'il y eu un peu d'agitation dans la rue. Un gars bien portant était en train de poursuivre une gosse en la traitant de voleuse, de quoi dissuader n'importe qui de courir, non ? Je suis mauvais, mais c'est un imbécile et c'est qu'une gosse, bordel ! S'il y a bien un truc que j'aimais pas ce sont les personnes qui s'en prennent aux femmes et aux enfants. Je m'approchais assez lentement puisque la petite fille semblait être protégée par une jeune femme aux cheveux...roses... surprenant. Peut-être qu'enfin, la roue de l'ennuie allait tourner.
    J'entendais plus ou moins toute la conversation puis je regardais un peu aux alentours, personne, pas un chat, pas vraiment quoi comme si tout le monde était rentré effrayé par « ça », ce gros truc lait qui ne sait même pas courir...

    Laissez-moi rire de tout mon soûl...

    La jeune femme s'en sortait plutôt bien, mais l'homme ne semblait pas en démordre, néanmoins ne sont les chiens qui aboient le plus fort qui mordent le moins. Et puis, je pouvais intervenir, vous savez pourquoi ? Eh bien parce que, si je ne maîtrisais pas la situation, mon équipe pourrait me venir en aide. L'homme prit fermement le bras de la jeune femme, son froid était froid, fixe, bizarre, remplit de haine. Je décidais alors de faire mon entrée. A ma manière. J'applaudissais alors dans un silence assourdissant, le bruit de ma main tapant l'autre résonnait dans la rue, puis je ris.


    « Bravo mon cher monsieur, vous venez de prouver à quel point vous êtes faible, lâche et impuissant. Chapeau bas... »

    Je pris alors le chapeau sur ma tête puis m'inclina devant autant de conneries.

    « Fini de rire, lâchez cette jeune femme sur le champ. »

    Je le regardais le regard plus que noir, plus que mauvais. Néanmoins l'homme était qu'un sale dégueulasse, tout têtu. Un petit cochon quoi... Bref. Il lâcha la demoiselle aux cheveux roses pour se concentrer sur moi. Bonne ou mauvaise chose, disons bonne, car il valait mieux pour lui qu'il tombe sur moi. Ou peut-être pas en fait, mais les femmes peuvent se trouver être de magnifiques et parfaites adversaires. Plus agiles et vicieuses que certains hommes, elles peuvent faire plus de dégâts psychologiques et physiques qu'un homme.

    L'homme n'eut pas de temps de terminer sa ruée de rage qu'il fut stoppé par trois de mes gardes que je saluais au passage.


    « Ne bougez plus, sinon, ils n'hésiteront pas à vous assommer violemment. M'enfin... »

    « Monsieur, on en fait quoi ? »

    « Remettez le aux autorités locales, expliquez leur, je vais m'occuper du reste pour qu'il ne recommence plus. »

    « Bien. »

    Ils l'emmenèrent, puis je passais un coup de téléphone à mes contact pour que le commerçant ait une visite de l'hygiène et de toutes sortes d'organismes. Vive les relations ! Au bout d'à peine trois minutes, je revins vers la demoiselle.

    « Vous allez bien ? Il n'a pas trop serré ? »

    J'étais plutôt froid, je paraissais antipathique mais c'était comme ça que j'étais, pas forcément au naturel, mais une habitude conservée. Je détaillais la demoiselle qui était plus jolie à l'en regarder de plus près, mais la question n'était pas vraiment là. Je voulais savoir si elle allait bien, ensuite... Bah je ne sais pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 10:15

Des bruits d’applaudissement au ralentis résonnaient dans toute la rue qui soit dite en passant était devenue telle une rue…fantôme. Pas une ombres qui passe alors qu’il y a pas deux minutes la rue était à peut près remplie de quelques marchants.  Je cherchais furtivement  du regard d’où celas provenait un peut soucieuse de l’état de la petite fille qui était la cause de tout ce remue ménage. Tout à coup devant moi un home apparut d’un coin sombre. Il applaudit pour le spectacle qu’il voit où quoi ?  Il nous regardait depuis longtemps ? De là où j’étais je ne voyais pas trop à quoi il ressemblait il fallait dire que j’avais d’autre chat à fouetter pour le moment, avec le bourrin qui me serre le bras comme un loup sur sa proie. Je grimaçais et été prête à lui rendre la monnaie de ça pièce de la seul façon que ce genre de personne mérite. De façons brutales et directes. Malheureusement je n’ai pas le temps d’ouvrir la bouche pour lui prévenir que l’homme qui nous prenait pour un spectacle intervient de sa personne.

« Bravo mon cher monsieur, vous venez de prouver à quel point vous êtes faible, lâche et impuissant. Chapeau bas... »

Clignant des yeux avec une douleur dans le bras à cause de ce boulet qui ne veut pas me lâcher. Je regarder l’un après l’autre le marchant et l’homme d’affaire au vue de son costume tout propre et son chapeau, ce qui ressortait c’était ses cheveux blancs, plutôt étonnant pour un homme qui semble pas si vieux que cela…. Plus il se rapprochait plus je distinguais son visage. Ses yeux, deux couleurs, rouge et gris. Il avait de magnifique yeux vairons, je ne sais pas si pour son cas cet adjectif était le bon. Car cette couleur n’était pas banale pour un homme de son âge…enfin je suppose. Je ne vais pas vous mentir, il dégage un certain respect et un charisme plutôt perturbant. Alors que mon bras commençait à empathir de la poigne du forcené, je ne pouvais pas lâcher ses yeux du regard. Ce n’est vraiment pas le moment de s’extasier sur sa belle gueule… alors que je gigotais pour me dégager de l’emprise de l’homme il commençait à s’approcher en s’inclinant le chapeau retiré de sa tête.

« Fini de rire, lâchez cette jeune femme sur le champ. »

Il prend ma défense ? Petit j’ai nul besoin d’un chevalier servant je peux m’en sortir toute seul comme une grande ! Mais au regard de ses yeux, il lui fessait sentir que cette scène n’était pas du tout de son gout avec un regard des plus noir que moi-même je n’oserais pas le déranger.

« Hum…je… »

Pour la première fois je n’avais pas de répartie …. Pour la première fois je ne savais pas quoi dire. Je restais presque avec un air choquée à regarder à tour de rôle les deux inconnues, mon bourreau et mon….chevalier ? Sans comprendre je vois débarquer à la suite trois hommes baraqués comme des frigidaires, saisie le dit « agresseur » et me retrouve enfin libre de mes mouvements avec un bras quelque peut endolorie.

« Ne bougez plus, sinon, ils n'hésiteront pas à vous assommer violemment. M'enfin... »

Je me frottais le bras regardant l’homme maitrisé par les gardes du corps du business man. Il ne fait pas les choses à moitié. J’affichais néanmoins un sourire sur les lèvres en voyant le marchant dans une mauvaise posture. « Monsieur, on en fait quoi ? » les gardes attendaient les ordres de leur « boss » pour s’occuper de l’énergumène. Je clignais des yeux en attendant le verdict.

« Remettez le aux autorités locales, expliquez leur, je vais m'occuper du reste pour qu'il ne recommence plus. »

« Bien. » Les autorités locales ! Je tiquais en grimaçant un peut déçu de ne pas pouvoir me charger de lui toute seul. Enfin bref c’est pas plus mieux comme ça. Jetant mes cheveux en arrière je me baissais pour ramasser mes courses tout en le regardant discrètement curieuse de savoir ce qu’il fait. Au téléphone il s’emblait téléphoner, pas très intéressant en fait ! je retourne à ma cueillette de légumes éparpillés et voit qu’il vient vers moi.


« Vous allez bien ? Il n'a pas trop serré ? »

« hin ?...ah non ça va vous inquiétez pas je survivrais ! »

Avec mon large sourire je lui exprimais tant bien que mal que j’allais bien et qu’il ne devait pas s’en faire pour si peut. Mon bras me fessant un peut mal j’avais du mal à tenir le sac et ramasser en même temps. Je décide de le faire participer, il veut savoir mon état autant qu’il m’aide jusqu’au bout !

« Prenez sa s’il vous plait ! »

Je lui laisse pas le temps de réfléchir ou répondre que je lui impose mon sac dans ses bras et me rebaisse pour ramasser les dernières marchandises. Une fois fini je me relève et le fixe avec une petite bouille attendrit pour le remercier en penchant la tête et souriant de toutes mes dents.

« Merci de votre aide, vous êtes un peut comme le chevalier blanc ! »

Je regardais ses cheveux blancs en disant cette phrase, curieuse ? Non juste intriquée. Reprenant le sac je grimaçais pour mon bras. Au retour j’irais voir le docteur Akari.

« Vous n’êtes pas du coin je me trompe ? »

Vu son costume, ses gardes et ça façon de parler je me doutais un peut de sa réponse. Je le fixais mon colis dans les bras. Avant de regarder autour de moi, l’endroit était toujours aussi vide et je me demandais où la fillette avait bien pu aller, ce qu’elle devenait, si elle allait bien. Mon visage perdit vite de son sourire avec un air inquiet qui se posait sur celui-ci, j’en avais presque oubliée le gentleman a côté de moi en me chuchotant.

« Ou elle est…. »

Sur un réflexe je me retourne brusquement vers lui les yeux grands ouvert et lui touche le bras.

« Vous avez pas vu ou la fillette serait allée par hasard ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 11:25

    Normalement tout était rentré dans l'ordre, mais le poignet et le bras de la jeune femme avait prit une sacrée couleur rouge, un peu menaçante, l'imbécile n'était pas allé de main morte. Pourtant il semblait que j'avais oublié quelque chose d'important, sans doute la jeune fille qui était avec la fille aux cheveux roses. Je soupirais, j'essayerai de la retrouver lorsque je serai sûr déjà qu'ici elle recevrait quelques soins. Elle semblait déjà ne pas être choquée ou quoi, une très bonne chose, mais son bras devait lui faire mal mais elle préférait faire sa femme forte en lui disant que ça aller. Si on écoute les femmes ça va toujours jusqu'au moment où tout vous revient en pleine face même des années plus tard. Chez les hommes ? C'était presque la même chose, disons que là ça dépendait vraiment des caractères. Moi ? Généralement je dis ce que je pense, mais j'essaye aussi de faire croire à des illusions alors, qu'est-ce qui est la réalité chez moi ?

    Ah mince, encore dans mes pensées pendant que la jeune femme me donne son sac, le reprend, on entre ici comme dans un moulin ! Bref, ça me faisait penser à ça, je n'y peux pas grand chose, c'était une pensée de mon inconscient. M'enfin, dans ma veste je devais déjà pouvoir soigner la demoiselle, désinfecter tout ça, et ensuite j'allais jouer à cache-cache, c'était ce que j'avais prévu, et Dieu sait que j'adore prévoir, mais la Rose là n'était pas vraiment de cette avis, me disant déjà que j'étais un chevalier blanc, bonne blague en regardant mes cheveux. J'avais envie de soupirer, un truc de malade, mais au moins celle-là on me l'avait encore jamais faite et puis elle n'avait pas dit que j'étais vieux.


    « Vous n’êtes pas du coin je me trompe ? »

    « Non, en effet, je suis ici pour les affaires et pour profiter un peu de la ville. Et vous ? »

    Pas le temps d'avoir une réponse, qu'elle me demanda si je savais où était passé la fillette. Elle mettais la charrue avant les bœufs ma parole !

    « J'allais justement la chercher. Vous voulez venir avec moi ? »

    Je la regardais un peu, toujours le même regard dur, pendant qu'elle me demandait plutôt gentiment, elle était souriante aussi. Elle me faisait penser à un bonbon à la framboise, ou encore, avec ses cheveux, à un macaron à la framboise, oui, doux, sucré et rose. Puis je me rappelais que je ne m'étais toujours pas présenté à elle. Etait-ce grave ? Je n'en étais pas bien sûr, alors j'attendrais qu'elle me le demande, en attendant elle serait la jeune femme, la Rose... Je pris dans ma poche, mon mini kit d'urgence puis le lui tendit.

    « Vous devriez passer un coup, et ensuite on y va, vous avez besoin d'aide pour ça ? »

    Oui, j'étais prêt à l'aider à se désinfecter et à faire un bandage et oui j'essayais de prévoir un maximum de choses, dans la pochette, un gel désinfectant, une bande de froid, des pansements aussi et un mini kit pour recoudre.
    Je la regardais, me demandant comment elle allait réagir, et aussi un peu curieux de savoir qui elle était, au moins de nom.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 13:04

Dans un soupire d’agacement je me frottais le bras pour faire passer cette douleur qui lançait. Je n’étais pas du genre chochotte mais la je ne sais pas comment mais il ma sacrément empoigné le bras, sa me rappelais un peut la force des vargas. Mais je ne vais pas psychoter sur chaque personne forte que je rencontre quand même. Allons bon, revenons a notre chevalier servant qui se tenait toujours à mes côtés. Je lève la tête vers lui interpellée par ça réponse et son regard sur mon bras rougit par la main de l’autre brute.

« Non, en effet, je suis ici pour les affaires et pour profiter un peu de la ville. Et vous ? »

Héhé, j’avais raison, rien n’est plus efficace que le flaire et la perspicacité d’une jeune demoiselle observatrice ! Enfin c’est surtout que ça se voyait comme le nez sur la figure. Mais ne gâchons pas mon moment de gloire ! Acquiescent de la tête je gardais toujours mon sourire aux lèvres. Il recherchait lui aussi la petite fille apparemment et m’invita à le rejoindre dans ses recherches. Non pas que sa me dérange bien au contraire, je ne sais pas pourquoi mais je voulais au moins savoir a qui j’avais à faire, il était vraiment charmant mais dégageait quand même un certain froid qui me plaisais pas trop. Me regardant, à mon avis, de façon étonné de mon empressement pour la chercher il reste toute fois stoïque et un regard dur qui me fais quelque peux froncer les sourcils. Mais j’écarquillai vite les yeux devant un kit d’urgence qui m’apparut subitement devant moi.

« Vous devriez passer un coup, et ensuite on y va, vous avez besoin d'aide pour ça ? »
« Ah …heu merci c’est gentil »

Les yeux rivés sur le kit je prends un petit moment avant de comprendre et relève brusquement la tête et le regarde, un sourire taquin sur les lèvres en lui rendant le kit. Je m’approche et lui montre mon bras la où il était rouge.

« Sa vous dérange pas de me le faire je ne suis pas très douée toute seul, et puis sa vous permettra de jouer votre rôle de brave chevalier jusqu’à la fin, hein ! »

Je lui fais un petit clin d’œil en tout bien toute honneur comme pour le taquiner. Malgré mon « agression » je garde quand même mon humour, qui je vous l’accorde laisse à désirer, et préfère faire sourire mon entourage. Mais j’ai l’impression que lui faire décrocher un sourire va être un challenge pour moi. Mais vous savez quoi ? J’adore les challenges, sa donne du piment dans la vie ! Je le fixais dans les yeux un petit sourire sur le visage et le bras tendu attendant de voir si il était comme ce que j’imagine.

« Enfin…si ça vous dérange pas bien sur… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 13:48

    Notre très chère bouille rose semblait un peu déstabilisé par mon regard, bon bah tant pis pour elle. Franchement, je n'y pouvais pas grand chose, j'étais né avec les cheveux blancs et même lorsqu'ils poussent ou quoi, ça ne changeait rien du tout. Mes yeux étaient des couleurs différentes, et puis j'étais aussi majoritairement trop calme, trop stoïque, le regard noir à longueur de journée et je ne souriais pas, c'était peut-être d'ailleurs pour cette raison que peu de personnes pouvaient me parler avec une grande assurance. Je ne sais pas trop, mais bon, contre toute attente elle me remercia pour mon petit kit. D'ailleurs j'étais assez content d'intérieur pour en avoir toujours un sur moi, comme quoi cela pouvait servir même lorsqu'on ne le pensait pas.

    Elle me demanda alors si je pouvais lui aider avec cela, peut-être était-ce le bras duquel elle écrivait... Souvent les personnes qui écrivent de la main droite ou de la gauche, lorsque cette main motrice est blessée, ne peuvent plus rien faire. C'est prouvé, il faut s'habituer dès l'enfance à se servir équitablement de ses deux mains. Etre ambidextre est une très bonne chose et peut permettre d'améliorer une activité, de la rendre plus rentable.
    Et puis elle me regardait en souriant, avec des clins d'oeils, tout ça, je devais y prendre comment ? Elle était un peu folle je crois, peut-être que finalement elle était sous le choc de son agression. Me parler, et essayer de me faire décrocher un sourire, un vrai, il faut être marteau et, ou n'avoir que cela à faire. Je la regardais puis reprit le kit, prit une partie de ses courses puis l'embarquais un peu plus loin pour que l'on puisse s'asseoir tranquillement sur un banc. Ce serait plus facile et un minimum plus propre.

    Une fois assis, je lui pris le bras, le tendis puis sortais la bombe de désinfectant. Je cherchais aussi du coton ou autre choses de ce genre sans en trouver, je cherchais alors dans l'une de mes poches et sortis un mouchoir en tissu propre. Cela devrait faire l'affaire, j'étais très sérieux concernant la santé, d'ailleurs j'aurai préféré être médecin que chef d'entreprise mais voilà, on ne fait pas toujours comme on veut.

    Je lui appliquais un pshit de désinfectant sur la peau puis un peu sur le mouchoir, normalement on disait « c'est pas vrai ça pique pas », mais bon, les sensations pouvaient différer entre les gens alors je préférais ne rien dire. Je passais doucement, délicatement et supra concentré sur la plaie rouge. Elle allait avoir un sacré bleu, mais j'avais peut-être quelque chose pour ça, ou au pire j'irai dans une pharmacie. Après être passé par cette étape, je décidais de lui mettre la bande froide, elle pourrait anesthésier la douleur grâce au froid justement, ainsi elle aurait sans doute moins mal et sans avoir besoin de médicaments. J'enroulais la bande un peu serrée mais correctement autour de son avant-bras et de sa main. Laissant les doigts libre pour que cela ne la dérange pas je terminais par un petit nœud.


    « Enlevez la bande seulement lorsque vous serez entrée chez vous, et si ça reste comme ça, que ça gonfle ou que ça vous paraît bizarre, allez voir un médecin. »

    Puis finalement je posais mes yeux sur elle de nouveau. Pas ma faute, j'étais très concentré sur ce que je faisais avant. Puis je rangeais un peu ma trousse avant de la remettre dans la poche de ma veste.

    « Si vous avez encore mal d'ici un quart d'heure dites le moi, on s'arrêtera dans une pharmacie. »

    Je pris l'un de ses sacs pour l'aider et qu'elle ne force pas trop, me demandant tout de même comment elle s'appelait, et ce qu'elle faisait dans la vie, le BABA pour connaître quelqu'un en somme. Mais bon, je me levais puis lui demandais si c'était tout bon avant de nous mettre en route.

    « Où une enfant peut aller se cacher ? Dans une ruelle, au parc, chez elle... Par où voulez vous commencer ? »

    Je le regardais toujours aussi froidement, et pourtant ma voix n'était pas aussi glaciale que tout à l'heure, je n'étais même pas certain qu'elle entende la nuance et puis, pourquoi je m'inquiétais de cela moi ? Après tout, je n'en ai que faire...
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 15:33

À ma surprise il prend le kit sans broncher. Il était d’accord pour s’occuper de moi et sa me fessais bêtement sourire. M’embarquant moi et un de mes sac il nous emmène vers un banc pour s’asseoir, logique c’est plus facile pour qu’il s’occupe de mon bras.  Il commença les soins et semblait vraiment concentré sur son travail. Je fixais son visage qui, pour dire la vérité, était vraiment adorable, charmant…je ne décrochais pas mes yeux de lui. Puis tout à coup je tourne la tête pour me remettre les idées en place. A quoi je joue de le fixer comme ça ? je ressentais des picotement sur le bras mais aussi une chaleur sur les joues, posant ma main libre dessus je comprend vite que j’étais….j’étais en train de rougir ! C’est juste  sur le coup du choc on va dire. Rien de plus rien de moins ! Je reporte mon regard sur lui et sur se qu’il fait voyant qu’il était bien minutieux et appliquer. En voyant ça j’esquissais un petit sourire sans pouvoir me retenir. Il avait beau être froid, stoïque il en reste pas moins doux et attentionné du moins quand il soigne quelqu’un, c’était amusant cette double facette, ou plutôt ce masque qu’il s’impose devant les autres. Juste le fait de pouvoir réussir a lui faire perdre ce masque me motivais a rester le plus possible avec lui. Je le laissais faire sans rien dire, il se débrouillait plutôt bien je n’avais rien à dire. Le voilà qui termine avec le bandage un petit nœud pour finaliser le tout. Je me retiens de lâcher un petit rire, gentiment ! Pas pour me moquer…

« Enlevez la bande seulement lorsque vous serez entrée chez vous, et si ça reste comme ça, que ça gonfle ou que ça vous paraît bizarre, allez voir un médecin. »

« Merci beaucoup c’est gentil de votre part… »

Je me tenais le bras et le regardais un sourire sincère sur les lèvres pour le remercier. Je suivais en même temps ses gestes, il rangeait sa petite trousse d’urgence dans sa poche. C’est quand même la seule personne que je connaisse qui se promène avec ça sur lui !

« Si vous avez encore mal d'ici un quart d'heure dites le moi, on s'arrêtera dans une pharmacie. »

Surprise je sursaute, sortie brusquement de mes pensés et le regarde en écarquillant les yeux. Je me mets à secouer la tête pour confirmer que je suis d’accord sans rien dire. Il était vraiment prévenant alors que l’on venait juste de ce rencontré. Un vrai gentleman en faite.  Je me lève en même temps que lui avec un sac dans les bras et lui aussi. Il se retourne vers moi.

« Où une enfant peut aller se cacher ? Dans une ruelle, au parc, chez elle... Par où voulez vous commencer ? »

Une enfant seul avec des Danré volé dans une ville telle que Karasna ? Autant chercher une aiguille dans une botte de foin je vais dire. Mais …en faite j’avais quelques idées. Baissant un peut la tête je me mordais la lèvre inférieur regardant sur le côté en même temps pour réfléchir où elle pourrait bien se trouver. Absorbée par mes pensés je visualisais les environs et d’un coup je me mis à le regarder avec des yeux brillants. Signe que j’avais une idée ! Les toits des bâtiments abandonnés.

« Les bâtiments en décombres au bord de la villes ! Une cachette parfaite pour des enfants orphelins qui veulent fuirent le monde et rester tranquille ! »

J’étais sur de moi, sachant que je ferrais exactement pareille si j’avais pu fuir l’orphelinat étant petite. Passant devant lui j’ouvre la marche et le regarde pour lui faire comprendre qu’il devait le suivre. Un ordre ? Peut être ! Marchant devant je voulais entamer la discussion avec cette inconnu surgit de nulle part.

« Alors comme ca vous étiez en affaire, j’espère que je vo….ho attendez ! »

Je me retourne dans un petit sursaut avec une banane sur le visage et la tête penché.

« Je me suis pas présentée, Je m’appel Rasberry ! Et vous ? »

Sur ces paroles je me retourne et me mets à ses côtés pour marcher à côté de lui attendant qu’il réponde aussi chaleureusement que moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 14 Juin - 20:21

    Je commençais à marcher aux côtés de la demoiselle, me demandant où irait une gosse, où j'irais à sa place en quelque sorte. C'était le meilleur moyen pour la retrouver. Je parlais donc à voix haute pour que ma comparse puisse m'aider. Elle semblait réfléchir, puis donna l'idée de bâtiments écroulés au bord de la ville, c'était une bonne idée, car au moins les orphelins pouvaient être tranquilles sans que personne ne vienne les retrouver. Et puis cela constituait aussi une multitudes de cachettes. J'avouais qu'à leur place, je ferai sans doute la même chose. Mais bon, la jeune femme passait alors devant, c'était sans doute mieux de cette manière, elle semblait savoir où aller, il était donc logique que je la suive, donc je me bronchais pas, la suivant de près, puis me mettant à côté d'elle, néanmoins de façon à pouvoir tourner si besoin sans me faire surprendre, chose que je n'aimais pas forcément. Elle commença à m'interroger sur mon travail lorsqu'elle s'arrêta brusquement autant dans ses parole que physiquement. Un sourit plaqué sur son visage elle se présenta. Rasberry. En voilà un bien joli prénom pour une jeune femme rose. Elle attendit alors ma propre présentation, je soupirais avant de prendre à mon tour la parole.

    « Je m'appelle Shin. Enchanté. »

    J'étais poli mais sans plus. En effet, j'étais quelqu'un d'assez froid, mais bon, j'étais aussi curieux à propos de cette demoiselle. Rasberry. Berry signifiait la baie, j'étais certain d'avant trouvé laquelle. Elle ressemblait à une framboise. Douce et amère par moment. J'étais certain qu'elle était comme ça, les prénom déterminaient souvent la personnalité des personnes qui les portent. Je regardais un peu la demoiselle, puis lui demandais.

    « Vous êtes venue faire quoi ici ? Vous habitez là ? »

    Simples questions, pour de simples informations, elle avait raté l'occasion de m'interroger en premier et c'était en un sens tant mieux pour moi. Je sentis mon portable vibrer. Je m'excusais donc auprès de Rasberry, avant de jeter un coup d'oeil sur l'écran.

    « L'homme de tout à l'heure est entre les mains des autorités. Et apparemment ce n'est pas la première fois qu'il y a des plaintes le concernant. »

    Je voulais la tenir au courant et puis aussi pour qu'elle ne se fasse pas de fausses idées à mon sujet.
    Mais qu'est-ce que je disais moi ? Des fausses idées sur moi ? Tout le monde en avait tout le temps et franchement j'en avais rien à faire alors pourquoi cette fois ce serait différent ? Je n'en ai vraiment aucune idée. Elle n'était pas si différente des autres, si ? Je ne sais pas vraiment, mais je continuais à avancer, quand je remarquais qu'elle était un peu trop loin de moi.


    « Ça ne va pas ? Vous avez trop mal ? »

    J'étais un peu inquiet à présent, me demandant ce qu'il se passait. Elle ne se sentait pas bien ? Et si sa brûlure était plus grave ? Lui avait-il cassé le poignet ? Possible après tout. Mais si elle avait mal elle n'avait qu'à me le dire... Je revenais sur mes pas, la regardant un peu, une lueur furtive mais qui montrait mon inquiétude grandissante. Fais chier quoi ! Pourquoi je m'inquiète autant pour quelqu'un que je connais à peine ? Ça m'énerve, je ne comprends pas, et je peux rien faire contre ça, je pense que c'était ce manque d'informations sur ce qui se passait mais aussi le fait que je ne puisse rien contrôler qui me rendais un peu plus fou.

    « Que se passe-t-il ? Nausée ? Je ne sais pas, dites quelque chose... »

    N'importe quoi, une parole, mais de l'humour...je m'en fiche. Mais pas le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 15 Juin - 20:37

« Je m'appelle Shin. Enchanté. »

S….Shin ? Tout à coup je m’arrête comme choquée serrant mon paquet de course contre moi la tête baissée. I…Il s’appel Shin ! Sans comprendre ce qui ce passait mon corps devenait lourd, mes jambes ne voulaient plus bouger. Je me blottissais contre ce pauvre paquet. Mon cœur semblait s’emballer sans que je puisse le contrôler. J’avais presque plus à respirer normalement, mes yeux complètement exorbités fixaient le sol sans pouvoir bouger. Shin, je me mets tout à coup à me rappeler de cette nuit à Linor. Des réminiscences de l’orphelinat, de cette lugubre nuit me revenait en tête comme des flash back qui me serrait le cœur, comme si quelqu’un me l’empoignait tel le bourreau qui me serrait le bras il y a peut. Mon corps tremblait tout seul et mon souffle était court. J’en avais presque oublié l’homme qui m’accompagnait, il était déjà bien avancé devant moi. Il n’avait pas fait attention que moi je m’étais arrêté depuis un petit moment. Je n’arrivais plus à me concentrer, les sons autour de moi s’estompaient pour laisser place à des cries d’horreurs, des cries qui me semblaient plus que familier… ceux de la nuit du massacre de l’orphelinat. Mon corps devenait de plus en plus chaud, une chaleur étouffante. Je lâchai le paquet et colla mes mains sur mes oreilles pour arrêter d’entendre ses cries qui me terrifiais et me paralysais.

« Sa suffit….sa suffit…..assez ! »

Les larmes coulaient toutes seules, mes jambes ne me tenaient plus et je m’écroule au sol comme une loque. Assise par terre la rue devenait de plus en plus oppressante. J’avais l’impression d’être entourée d’une épaisse fumée noire que mes yeux ne pouvaient transpercer. Des frissons me parcouraient tout le corps, les souvenirs de ce monstre, ce vargas qui l’avait tué devant mes yeux ne s’effaçait pas de mon esprit. Shin dans ce bain de sang les yeux rivés sur moi … mort devant moi, sans que je puisse faire quoi que soit. Sans m’en rendre compte je sombrais peut à peut dans l’ombre qui m’entourait. Et pour dire vrai une ombre commençait réellement à m’entourer. Mon pouvoir vaguait de son propre chef. Dessinant des dizaines de personnes sur les murs qui nous entouraient L’homme et moi-même. Et pas des ombres banales, des enfants, que des enfants de l’orphelinat. Je regardais autour de moi et paniquais de plus en plus. Les cries devenaient de plus en plus stridents. Mes mains n’étouffaient en aucune sorte ce que j’entendais car tout était dans ma tête…une sorte de paranoïa qui c’est déclenché à l’entente du prénom du jeune homme. Jamais ceci ne m’étais arrivé, je comprenais rien, ne contrôlais rien ! Mes pleures commençaient à se faire entendre. Tout à coup je s’entais une présence prés de moi, regardant sous ma frange je vois le visage de mon accompagnateur me fixer quelque peut perdu lui aussi. Moi je n’arrivais pas à me libérer de cette pression, de cette panique et surtout de cette peur qui me paralysais.

« Ça ne va pas ? Vous avez trop mal ? »
« Que se passe-t-il ? Nausée ? Je ne sais pas, dites quelque chose... »


Mes yeux le fixaient sans cligner, tout à coup son visage disparaissait pour laisser place à celui de Mon Shin, celui de l’orphelinat.

« Sh…Shin ? C’est toi ?....c’est bien toi ? »

Je commençais à divaguer, voyant le visage de Shin je souriais bêtement, posant mes mains sur ses joues le visage humide, autour de nous les ombres devenait plus concrète et presque formé telle de vrai enfants qui s’approchaient de nous, je ne m’en préoccupé pas plus que sa, heureuse de revoir le visage de mon ami disparut à la place de celui de mon compagnon de route, telle que je l’avais vu avant sa mort. Je pose mon front contre le sien en pelure toujours autant et lui chuchote.

« Je suis désolé…désolé… je n’ai rien pu faire pour te sauver…pardonne moi je t’en pris…. »

Je ne lâche pas son visage mais me recule un peut fixée par une douleur atroce au cœur, mes yeux écarquillés montraient des pupilles complètement dilatés, les larmes qui coulaient toujours mais moi qui ne montrais plus aucune émotions, je suis fixée, figée, inerte… mon bracelet clignotait, le bracelet en question était celui de circus que tout les membres portaient. En quelque seconde je commence à rigoler les yeux sous la frange et la tête levé vers le ciel, pour me re figer une seconde fois et sourire sur les lèvres à regarder la pleine lune qui nous illuminait de toute sa splendeur.

« Et si on chantaient notre chanson Shin ? »

Je ne regardais toujours pas mon interlocuteur et commence à chanter cette chanson que lui et moi chantions les soirs à l’orphelinat…

notre chanson♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Dim 16 Juin - 19:54

    En venant ici je n'aurais jamais imaginer tomber sur une demoiselle en détresse tout d'abord, par un jeu de circonstance, puis finalement me trouvant à moitié à ses côtés pour rechercher une fillette que nous n'étions pas sûrs de retrouver. Je m'étais retourné ne sentant plus la présence de ma compagne d'infortune, lorsque je la vis étendue sur le sol, en pleurs, comme totalement déboussolée par quelque chose. Je me rapprochais de plus en plus lui demandant si ça allait, si elle avait mal, des nausées, ou je ne sais quoi. Je pensais qu'elle n'avais pas été choquée par l'homme odieux de tout à l'heure et pourtant je la retrouvais prostrée. Peut-être que finalement le contre-coup se faisait sentir... Pendant que j'essayais de la calmer, de lui montrer qu'elle n'était pas toute seule je remarquais un bracelet. Et pas n'importe lequel, on me l'avait montré puisqu'il symbolisait les ennemis de mon partenaire économique. Elle avait les pupilles plutôt dilatées et elle me demanda si j'étais bien là, comme si elle me connaissait depuis toujours. Je fus tout d'abord surpris, puis me dis qu'elle devait divaguer, puis je jurais un bon coup.

    J'étais quasiment seul, avec une personne mal en point faisant partie de Circus. C'était bien ma veine, mais je ne pouvais pas non plus la laisser là, l'abandonner serait pire que tout et puis je pouvais peut-être utiliser cela à mon avantage. Disons que c'était à méditer.
    Elle me touchait vraiment, posant son front contre le miens, s'excusant de ne pas avoir pu sauver « Shin », de la pardonner. Apparemment elle avait un lourd passé. Je ne dis rien, même j'étais touché, je devais laisser vite se sentiment car il n'était pas bon. Je ne devais pas m'attacher et puis de toute façon, elle ne se souviendra peut-être pas de ce soir, ni de lui qui sait, alors. Pourquoi est-ce que je pensais à cela déjà ? Elle souriait, les yeux tournés vers le ciel puis elle commençait à chanter une plutôt jolie et triste chanson.

    Je devais me décider maintenant de ce que j'allais faire avec elle, alors je pris mon téléphone et j'appelais mon gardien en chef, lui demandant de chercher la petite fille pour moi, puis je lui demandais aussi d'amener une voiture pas trop loin de la rue où je me situais avec Rasberry.
    Je soupirais avant de raccrochais, puis je mis mon téléphone dans ma poche, vive les poches ! Je pris le paquet qu'elle avait le tenant avec mon poignet puis je pris la demoiselle dans mes bras, oui, comme une mariée, la laissant dans son délire, mais restant près d'elle au cas où et puis j'allais la mettre à l'abri le temps qu'elle retrouve ses esprits.

    Je m'aimais pas voir les larmes couler sur son visage et je ne comprenais pas pourquoi et d'ailleurs ça m'énervais, j'étais monsieur contrôle après tout...

    Lorsque nous arrivâmes près de la voiture, je la mis doucement sur la banquette arrière avec le paquet et moi-même, demandant à retourner au studio d'enregistrement. Je savais qu'il y avait une infirmerie et une salle de repos. Ainsi elle pourrait récupérer tranquillement en sécurité.
    Tout le long du court trajet je la regardais, me demandant bien comment une aussi jolie jeune fille pouvait être de Circus, mais bon, j'avouais que je ne m'intéressais pas vraiment à eux. J'étais juste averti, un peu, par mes partenaires, mais c'était tout.

    Une fois arrivés, je le repris dans mes bras, fis porter le paquet dans la chambre de repos avant de moi même m'y rendre, la demoiselle dans les bras. Elle semblait un peu calmé, mais je n'étais sûr de rien. Je la posais sur le lit propre, puis alla à la salle de bain adjacente pour lui porter un verre d'eau.

    Je voulais la laisser un peu tranquille qu'elle ait le temps de reprendre ses esprits, mais je laissais un autre garde à la porte, lui donnant l'ordre de lui dire où j'étais et de m'attendre un instant. J'attendais l'appel de Quentin, qui ne devrais pas tardé à avoir trouvé la petite fille, mais j'allais surtout voir où en était mon artiste préféré. En rentrant dans le studio, pas de bonjour, ni rien, j'étais énervé contre moi-même parce que je pensais à cette fille, et parce que ça m'énerver de penser autre chose que boulot.


    « Alors ? C'est tout bon, c'est fini, ou dois-je en conclure que tu es renvoyé ? »

    « Euh...Monsieur. »

    « Nan, je veux l'entendre de sa bouche, il travaille ou il dégage. »

    Euh. Oui, c'était ma mauvaise humeur en court d'évacuation. Mon portable vibra, je pris alors la communication, c'était certes malpoli, mais tant pis, apparemment la fillette était en vie, saine et sauve et là où avait pensé Rasberry. Je souriais un peu, quelque chose qui pouvait passer pour un rictus.

    « Je vous laisse, on en reparle après, je veux pas être dérangé. »

    Et sur cette magnifique phrase, je montais à l'étage, dans la chambre de la demoiselle, puis me posais dans un fauteuil en attendant qu'elle réagisse un peu.
    Je réfléchissais à ce que je pouvais faire, les éventualités qui se présentaient à moi. Me servir de la fille et assouvir se désir d'en savoir plus et de comprendre, ne rien faire et perdre une source d'information précieuse. Une chose était sûre, je devais la revoir peu importe ce qu'il devait se passer aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Lun 17 Juin - 7:36

Je me retrouve soulevée par Shin mon corps tellement lourd et paralysé que je ne réagissais même pas ma laissant tranquillement porter telle une marié, je sentais la chaleur qu’il émanait et trouvais celas très apaisant et agréable je me calmais un peut regardant son visage toujours aussi souriante. Même si je ne comprenais pas tout ce qui m’arrivais je me disais que dans ses bras rien ne pouvais m’arriver. Je tremblais et m’accrochais à lui en serrant sa chemise d’une main et posant ma tête dans son cou, un geste dont je ne mesurer pas la gêne que mon …sauveur aurait pu éprouver.  
« C’est chaud…. » Murmurais je. 
Mes larmes commençais à se stopper, peut être en avais je plus ? Qui sait ? En tout cas toujours dans le brouillard je me retrouve dans une voiture dans une voiture. Même si je ne discernais pas bien l’endroit je ressentais les mouvements du véhicule qui avançait, je ne me demandais même pas ou il pouvait m’emmener mon esprit était trop engourdie pour penser à quoi que ce soit. Il pourrait très bien m’emmener chez l’ennemie juré de Circus, j’étais à leur merci dans cet état de loque fini. Je n’arrivais même pas a mesurer les conséquences de cet confiance aveugle que je lui fessais sans vraiment avoir le choix a vrai dire.  Je ne tenais plus assise et m’écroule sur mon chevalier. La tête sur ses jambes je m’endormais peut à peut épuisée par ce qui venait de m’arriver. Des douleurs atroces dans le cœur et dans le bras je grimace un peut mais fini par ne plus rien sentir ni rien entendre endormie sur ses jambes.
 
Pendant un moment je m’étais déconnectée….c’est bien le mot « déconnecté » car en ouvrant les yeux je me retrouve sur un lit, dans une pièce qui m’est totalement inconnue. Mon corps endolorie, j’avais du mal à le bouger.
 « Je suis où…. » 
Je commençais à m’inquiéter je ne reconnaissais pas du tout l’endroit ou j’étais, un peut paniquée je commençais à me lever difficilement mais surement pour sortir d’ici et retourner au vaisseau pour prendre le remède du Docteur Akari, je ne voulais pas que mon état empire à cause de ce qui venait de ce passer a cause de ce business man…Shin…Ou était il d’ailleurs. Sans comprendre pourquoi me cœur se serrait à l’idée qu’il m’est laissée ici toute seul. Je cherchais quand même du regard au cas où …et là ! Proche de mon lit, il était là, assis sur un fauteuil à veiller à mon chevet. Un sourire me monte aux lèvres comme soulagée de voir son visage, d’avoir sa présence. Je m’assois sur el bord du lit en haletant comme si j’avais courus un marathon. J’avais chaud, vraiment chaud. Peut être le contre coup de mon moment de délire tout à l’heure ?
 
En tout cas impossible d’effacer cette honte que je ressentais. Cette culpabilité, je ne pouvais pas le regarder en face, il devait surement me prendre pour une folle en perdition et a juste voulu me porter secours pour que je fasse mal à personne dans la rue. Il avait certainement raison, j’étais surement folle a ce moment là. En tout cas je m’en voulais à mort de l’avoir impliqué dans cette perte d’esprit, qu’il m’est vu dans cet état lamentable. Je suis sur qu’il ne voudra jamais plus me revoir soulager de ce débarrasser de ce genre de personne ! Attend….pourquoi je m’en fais ? Après tout pourquoi je m’en fais qu’il ne veuille plus me voir ? je secoue la tête et décide de le fixer pour avoir des informations sur l’endroit ou j’étais.
« hum…ont…ont est où ? »
Au même moment une jeune femme en blouse, un médecin ? Me prend la tension et tique en voyant le résultat. Appuyant sur mes épaules elle me forçait à me recoucher, je résistais je ne voulais pas me recoucher mais partir. Mais je ne fessais même pas le poids contre cette petite jeune femme…vraiment pathétique de ma part qui est censé être un fantassin du second vaisseau. Je me pince la lèvre complètement honteuse de mon état actuel. Tout à coup je sursaute en repensant sans le savoir à la petite fille de la rue. Regardant le plafond les larmes aux yeux me dégoûtais de ne pas pouvoir partir à sa recherche.
« La petite … je dois trouver la petite fille ! »
 Je tourne la tête vers Shin, comme pour trouver une bouée de sauvetage, ridicule ? je ne sais pas mais c’est la seul chose que j’arrivais à faire et auquel j’ai pensé. Pourquoi il fessait tout ça ? Il était vraiment bienveillant ou juste calculateur ? Ami ou Ennemie ? Au fond de moi j’espérais sincèrement qu’il soit un simple business man … je voulais tout simplement le revoir pour le remercier de tout ce qu’il fait…
« Il faut que je sorte…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Lun 17 Juin - 15:45

    J'étais là, dans un coin de la pièce sur le fauteuil, un peu dans le noir, le noir m'aidais à réfléchir sur un plan d'action, je ne pouvais pas non plus séquestrer la demoiselle juste parce qu'elle m'intriguait et parce que je faisais partis des collaborateur de Kafka, non ?
    Et puis aussi, je devais trouver le moyen, de comprendre pourquoi elle m'intrigue, pourquoi peut-elle faire un tel effet sur ma personne. Son sourire... Son toucher... Pourquoi est-ce que tout cela ne me laissais pas totalement de marbre ? C'était un problème grave, de plus elle ne semblait pas être aussi affectée par ma froideur naturelle, pas contre les autres personnes. Peut-être était-ce dû à un quelconque conditionnement dans leur organisation ? Je ne sais pas, je ne m'y connait pas du tout d'ailleurs en personnalité de Circus. Peut-être devrais-je aller à l'une de leur parade ?
    Je la regardais dormir, c'était une situation sans doute bizarre vue de l'extérieur, mais je ne pouvais pas la laisser seule, tout simplement parce que moi-même je n'aurai pas apprécié me retrouver dans un lieu inconnu et seul.

    J'avais fait monté un docteur, et en attendant qu'elle se pointe, j'allumais la petite lampe de chevet pour un peu de clarté et pour que le médecin puisse s'occuper correctement d'elle. Elle bougeait, se mettant sur le bord, du lit, je ne la quittait pas des yeux, impassible et totalement fermé, laissant la doctoresse faire sans travail, l’ausculter, lui prendre la tension, tout ce que je ne pouvais pas faire seul. Apparemment, sa tension était trop basse pour que je la laisse partir tout de suite. Je laissais ses questions sans aucune réponse, j'attendais que nous soyons seuls mais aussi qu'elle aille mieux.
    Elle s'agita d'un seul coup, me disant qu'elle devait trouver la petite fille, je la regardais, me demandant si elle me fuyais... Puis je pris tout de même la peine de lui répondre.


    « La jeune fille va bien, j'ai demandé à Quentin de la retrouver pendant que nous étions ici. Ici désigne l'endroit où je travail pour la journée, nous sommes dans un studio d'enregistrement, et je m'excuse mais vous n'irez nulle part dans votre état. »

    Je la regardais froidement, parce que ça m'énervais qu'elle veuille s'en aller. Etais-je le seul touché par des sentiments totalement bizarre à son contact ? Peut-être et ce fait m'énervais encore plus sans que je puisse y faire quelque chose.

    « Je laisserai sortir quand votre tension sera remontée, je vais demander à manger et commencez par boire un peu. »

    Je me levais, puis demandais à Quentin d'apporter quelque chose de sucré, ainsi elle pourrait sans doute s'en aller plus vite, mais était-ce vraiment ce que je voulais ? Aucune idée, j'étais déboussolé par une simple jeune fille aux cheveux roses. Que m'arrivait-il ?
    Revenant vers elle, je me disais que je pouvais essayer d'avoir un peu plus d'informations sur elle, pour le bien de Kafka ? Non, pas vraiment, je verrais tout du moins, je voulais d'abord savoir ce qu'une fille comme elle faisait chez Circus. Et puis juste en savoir plus.


    « Dites moi, vu qu'on est ici pendant encore un moment, pourquoi ne pas faire connaissance ? »

    Je ne lui reparlais pas de ce que j'avais vu et entendu dans la rue. Je ne voulais pas qu'elle se sente gênée, ennuyée ou encore que ça la reprenne tout simplement par cette évocation. On ne sait jamais...

    « Que faisiez-vous dans la rue tout à l'heure ? »

    Je penchais un peu la tête sur le côté. J'étais désireux d'en savoir plus, même si elle n'était pas forcément consentante. Je voulais et j'aurai la réponse à mes questions.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Mar 18 Juin - 14:39

« La jeune fille va bien, j'ai demandé à Quentin de la retrouver pendant que nous étions ici. Ici désigne l'endroit où je travail pour la journée, nous sommes dans un studio d'enregistrement, et je m'excuse mais vous n'irez nulle part dans votre état. »

Je me sentais soulagée d'un poids d'un coup un sourire se dessine sur les lèvres et mes yeux regardèrent le sol imaginant la petite fille à l'abri. Je relève la tête vers le jeune homme, le fixe avec un regard remplit de questions. Pourquoi m'aide t'il comme cela? Pourquoi j'arrive à lui faire confiance alors que je le connais que depuis ce soir et surtout pourquoi je me sens bien et apaisée à ses côtés? Cette dernière question me trottait dans la tête depuis un petit moment. Mais je me dit que c'est le fait que je sois mal au point et lui si serviable qui me fait ressentir celas.

« Je vous laisserez sortir quand votre tension sera remontée, je vais demander à manger et commencez par boire un peu. »

J'écarquillais les yeux surprise par cette phrase aussi soudainement lâché, comme s'il me donnait un ordre. Je ne savais pas quoi dire, les mots étaient encore tout embrouillés dans ma tête, d'ailleurs moi même j'étais dans le brouillard. Avec deux de tension -sans mauvais jeu de mots- c'est à peine si je pouvais rester assise convenablement sur le lit. Je ne pouvais pas m'empêcher de le regarder de temps en temps pour me rassurer comme si. Il en imposait avec sa carrure, plus grand que moi je me sentais presque petite devant lui. Je me souvenais de la chaleur que j'avais resentie lorsqu'il m'avait prise dans ses bras pour me porter, sa force, sa délicatesse... me voilà en train de rougir en pensant à celas. Pourquoi je réagis comme ça avec lui? j'ai l'impression d'être une gamine en mal d'amour qui tortille des cheveux devant lui. Je secoue la tête pour me remettre les idées en place et revenir en jeune femme sur d'elle et mature.

" Vous me retenez prisonière ou quoi?"

Humour mon bel Humour que voilà! Un enfant de quatre ans aurait plus de répartie que moi aujourd'hui. Je le regardais et lâcha un petit rire discret pour signifier que je rigolais en disant cela, on ne sait jamais s'il prenait mal! Je le voit parler à un de ses hommes, certainement pour lui demander de rapporter quelque chose à manger comme il me la dit plus tôt. Je comprenais vite que c'est le genre d'homme qui exécute toujours ce qu'il dit, avec une droiture de corps et d'esprit. Je trouvais sa remarquable et charmant. Puis tout à coup je me rappelais le pourquoi de ma venue ici et mon visage dégluti sur place. Il m'avait vu dans ce moment de délire atroce, il doit surement me prendre pour une vraie folle, bipolaire, dérangée je ne sais pas... et je m'en voulais de plus en plus de lui avoir fait vivre ce moment de peur, il a du lui aussi être surprit voir terrifié de me voir dans cet état de démence finie. Dois je lui en parler ou faire comme si je ne m'en rappeler plus?.... je ne savais plus sur quel pied danser sur le coup. Je ne lui en parle pas peut être que lui abordera le sujet et je lui expliquerais mais s'il ne le fait pas je ne vais pas me lancer dessus.
Ma décision et prise! Et s'il ne voulait plus me voir à cause de ça justement? je ne veux pas qu'il parte avec l'idée que je ne suis pas fréquantable! ....mais attendez...pourquoi je m'emballe comme ça? A ce moment là je me mets à admirer son visage comme pour trouver la réponse écrite dessus, mes yeux étaient rivés sur lui ne décrochant pas d'un cils tout ce qu'il fessait.

« Dites moi, vu qu'on est ici pendant encore un moment, pourquoi ne pas faire connaissance ? »
"Faire connaissance?"

Je sortie ses mots sans m'en rendre compte un peu surprise. Au fond de moi j'espérais vraiment faire connaissance et avais peur qu'il ne le veuille pas après ce qu'il a vu, mais je me suis trompée apparemment. Un grand sourire s'affiche sur mon visage qui semble presque illuminé par le fait de sa question, je penche la tête et sors du tac au tac.

"J'attendais que vous le proposiez depuis un moment!"

Tout à coup je posa une main sur ma bouche honteuse de ce que je venais de dire et baissa la tête fuyant son regard. Je ne savais plus ou me mettre et réfléchissais une phrase pour relancer et casser le blanc que j'ai instauré. Je repensais alors à ce qu'il m'avait dit plus tôt, que nous étions dans un studio d'enregistrement. Aller Berry trouve un truc intelligent à faire.....enfin à dire plustôt!

"Vous ....hum.....je..." Je soupirais et arrêtais de jouer la comédie, je le regarde droit dans les yeux.
"Je vous mets dans l'embarra à cause de mon état ... vous devez surement avoir des choses plus importantes à faire que de vous occuper d'une fille bizarre comme moi. Excusez-moi je vais vous laisser...."

Je me levais tant bien que mal pour sortir de c'est locaux, mais je ne fais pas trois pas que mon corps me lâche, mes jambes fléchisses et je tombe en avant n'ayant comme seul réflexe que d'attraper Shin pour l'entrainer dans ma chut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Mar 18 Juin - 16:06


    Je réfléchissais beaucoup, sans doute trop à tout ce qui m'entourais, ne pouvant croire que l'on s'intéresse réellement à moi, pour ma personnalité ou tout simplement pour mes forces et mes faiblesses de cœur. Sans doute était-ce à cause de mon enfance, et particulièrement de l'incident familial, avec mon père mais aussi ma tendre mère. Je souffrais encore en pensant à comment tout cela avait pu se produire. J'étais à la fois triste et fou de rage, me demandant si j'avais bien fait de faire agir la justice compétente et pas plutôt faire justice moi-même.
    J'avais longtemps réfléchis à cela, si c'était la meilleure solution, et il se trouvait que c'était le bon choix, seulement je doutais tout de même de temps en temps. Bref. Je reportais mon attention sur Rasberry, qui, me demandais si elle était ma prisonnière. Elle avait presque réussit à me faire sourire...presque.


    « Voyez le comme vous le souhaitez... »

    Je n’acquiesçais pas mais je ne répondais pas non plus par la négative. Elle pouvait bien penser ce qu'elle voulait puisque je n'étais pas certain moi-même de ce que je voulais faire d'elle.
    Je soupirais un peu, me demandant pourquoi ce genre de choses me dérangeais autant. Ah oui, je préférais lorsque tout était au point tout de suite, lorsque tout était clair net et précis, je ne laissais que très peu de place à l'indécision et à l'incertitude. La hasard et ma façon de pensée ne sont pas de très bon ami disons.

    Je lui proposais alors, pour faire passer le temps, pour la connaître mieux aussi, de faire connaissance, ce qui eu le don de surprendre mon invitée. Apparemment elle ne s'attendait pas à cela. Quoi ? Elle aurait préféré que je prenne une lampe de bureau, que je la lui mette dans les yeux et que je l’interroge ? Désolé, mais je ne suis pas dans un mauvais film, ou dans une mauvaise série télé. Puis elle sembla toute pétillante me disant qu'elle attendait que je le propose depuis un moment ! Ce fut mon tour d'être surpris... Je regardais la demoiselle qui avait les yeux baissés, euh... D'accord. Spontanée avec ça. J'avais du mal avec ce genre de personne...

    Elle commença alors à me balbutiner quelque chose pour finir par me dire qu'elle devait me déranger, que je la mettait dans l'embarras et bla bla bla, elle se lève, j'étais prêt à la rattraper lorsque finalement la m'entraîna dans sa chute. Je l'avais protégée du sol, parce que ce n'était pas bien agréable et qu'elle était déjà assez amoché comme ça et puis aussi par que j'étais poussé par une force invisible pour prendre soin d'elle et la protéger mais ça, je sais pas d'où ça vient donc... On s'en fiche... Je la regardais à présent dans les yeux, le regard assez froid et mortellement sérieux.


    « J'ai choisi de rester ici, de plus ils peuvent très bien m'attendre. Ensuite quand je dis que vous ne quitterez pas cette pièce avant d'aller mieux, je ne rigole pas, vous n'êtes même pas capable de faire trois pas. »

    J'étais assez sec, mais c'était pour lui faire un électrochoc pour qu'elle reste tranquille. Têtue cette femme quand même ! Je nous relevais tous les deux puis la portant je la reposais sur son lit. La fusillant du regard, la défiant de réessayer de faire ses conneries.

    « Alors Rasberry... On discute et on se tient tranquille comme des adultes responsables ou il faut vous attacher au lit pour être sûr que vous vous teniez tranquille ? »

    J'étais tout à fait sérieux et capable de l'attacher pour être sûr qu'elle n'aille pas se casser la figure ailleurs. Et puis quoi c'était si grave d'être en ma compagnie ? Et puis pourquoi je pense à ça, moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Mer 19 Juin - 18:23

Voilà que je me retrouve de nouveau dans ses bras, il m’avait attrapé et protégé du sol en me tenant contre lui. Je me sens si mal à l’aise de lui causer tant de problèmes, pourtant j’avais l’impression qu’il ne me le reprochait pas tant que sa. J’aurais bien voulu rester un peut plus dans cette position…..je dois vraiment être fatiguée pour dire de telles choses !. J’avais les yeux justes à bonne hauteur des siens, je ne pouvais pas m’empêcher de les regarder devenant presque insistante. Bienveillant, protecteur, attentionné à sa façon on va dire. Il y a bien quelque chose que je vais lui reprocher quand même ! Sa froideur peut être ? Bien que je le trouve distant, je ne peux m’empêcher de vouloir m’approcher, comme une forte envie de trouver l’impossible. Il me fascinait, pas la peine de mentir, il me fascinait vraiment…

« J'ai choisi de rester ici, de plus ils peuvent très bien m'attendre. Ensuite quand je dis que vous ne quitterez pas cette pièce avant d'aller mieux, je ne rigole pas, vous n'êtes même pas capable de faire trois pas. »

Son regard me glaça le sang j’avais les yeux écarquillaient et n’osais rien dire, incroyable comme il arrive à avoir ce pouvoir sur moi qui suis d’habitude forte tête. Même Hirato n’a pas cette effet sur moi… Il ne tarde pas pour me ramener sur le lit, je clignais des yeux en le regardant un peut surprise de sa réponse. Puis je me ressaisie et fronce les sourcils en gonflant les joues à mon habitude. Je croise les bras et tourne la tête pour marquer mon désaccord !

« Je suis assez grande pour savoir ce qui est bon ou non pour moi ! »

Je reporte de nouveau mon regard sur lui et la je le surprends à littéralement me fusiller du regard, comme un défis à ce que je recommence ma tentative raté de fuite. Je lui rends un regard impassible pour lui signifier qu’il ne me fessait en aucun cas peur et que je recommencerais autant de fois que l’envie me prend ! Oui je suis comme ça…

« Alors Rasberry... On discute et on se tient tranquille comme des adultes responsables ou il faut vous attacher au lit pour être sûr que vous vous teniez tranquille ? »

« Essayez donc de m’attacher pour voir mONsieur»


Je lui rendais son regard froid et le défiais à essayer pour voir en insistant sur le MONsieur, me demandez pas pour quoi je ne suis pas très logique de base alors.... ! Sans le savoir je marquais mon visage d’un joli sourire taquin. Soupirant, comprenant que je ne sortirais pas d’ici avant d’aller mieux, oui je suis quand même responsable et n’allais pas m’étaler en pleine rue avec deux de tension. Ne croyez pas que c’est parce qu’il me la dit ! Je suis pas comme ça ! …. De tout façon j’ai pas à me justifier.

« Très bien alors discutons ! Vous vouliez savoir ce que je fessais à Karasna en pleine soirée ? Je fessais des courses pour faire la cuisine à mes amis. Et vous vous jouez les justiciers de nuits à vos temps libres ? »

Je remonte un peut sur le lit pour m’installer en tailleur dessus et tapote une place en face de moi pour lui faire signe de venir s’asseoir à côté de moi, j’aime parler avec les gens quand  ils sont proche de moi. Une façon d’être sur qu’ils m’entendent ! Attendant une réaction de sa part je décide de m’attacher les cheveux qui commençaient à légèrement m’agacer, un chignon grossièrement fait avec des mèches qui tombe un peu partout. Je décide enfin de boire le verre d’eau qu’il m’avait offert gracieusement. Regardant autour de moi pour mieux voir l’endroit ou je me trouvais je reporte mon regard sur la jeune médecin qui m’avait pris la tension, elle me fixait curieusement et parlait à l’oreille de sa collègue à côté. Sur moi ? Quoi elle n’a jamais vu une personne qui était mal au point ? Puis je remarquais qu’elles nous regardaient Shin et moi à tour de rôle. Je les fixais aussi blasée que possible oubliant le chevalier blanc, je voulais savoir ce qu’elles pouvaient bien dire comme ça ! Puis tout à coup mon attention fut quand un homme entre brusquement dans la pièce une poche dans la main, il se dirigeait vers nous…vers moi et me tend d’un coup sec le sachet….le sachet de barres chocolatés?

« Tenez Mademoiselle »
« Hum…merci mais je n’ai pas faim…mais merci quand même »
« Me remerciez pas ! »
« Ha…Pardon alors… »


Je comprend pas trop le monde des affaires et des « garde du corps » ou des « subordonnés » je baisse la tête gênée de pas savoir quoi faire, dire merci mais pas le dire… je prend la paquet et lui sourit chaleureusement en retour puis arrête tout de suite le voyant rougir et esquisser un sourire gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Jeu 20 Juin - 20:47

    Pourquoi fallait-il que je tombe sur une forte tête ? Ah, oui. Peut-être parce que si c'est trop facile, ce n'est ni amusant, ni intéressant. Je soupirais, les femmes allaient me rendre fou, fou dans le sens où je n'arrive plus à comprendre et contrôler les sentiments ressentis en sa présence.
    Rasberry avait un beau prénom, ce qui, je vous jure, n'est pas donné à tout le monde, malheureusement. Elle avait de longs cheveux roses qui je l'avoue, me fascinaient assez, j'aimais beaucoup cette couleur, chez une femme c'était pour moi, la féminité. M'enfin, pourquoi je pense ça, elle semble certes me convenir, mais nous ne sommes pas là pour ça, ni aujourd'hui ni demain. Je ne devais pas mettre de l'eau dans le gaz de mon partenariat. Sinon... Ce serait une guerre que je n'étais pas encore prêt à mener. Elle croisait les bras en signe de mécontentement et me le fit savoir aussi, apparemment ma proposition de l'attacher était rejetée. Tant pis pour elle... Je soupirais, elle jouait la carte de la provocation avec moi, ce n'est pas que j'aime ça, personne n'aime ça, c'est humain, mais bon, je me demandais qui de nous deux était le plus honnête avec soi-même.

    Elle accepta enfin de me parler, me disant qu'elle faisait des courses pour ses amis. Amis Circus donc... Puis elle me demanda si c'était un passe-temps de jouer aux justiciers. Je réfléchis puis la regarda une expression neutre sur le visage.


    « En fait, non. Mais je ne peux pas me résoudre à ne rien faire lorsque je vois quelque chose comme ça. »

    Je la regarde, elle s'était relevée et me faisait signe de prendre place à côté d'elle, j'hésitais vraiment, puis m'installa à côté d'elle, mettant tout de même un peu de distance, restant toujours bien droit comme un i, ça pouvait paraître bizarre vu que nous étions sur un lit, mais j'étais souvent bien assis et confortablement qui plus est. Toujours droit, toujours impeccable car telle était l'éducation que j'avais eu. Je la regardais s'attacher les cheveux, suivant le moindre de ses geste du regard, c'était effrayant. Je m'effrayais moi-même. C'était quoi cette réaction d'adolescent devant une fille, une jolie fille... ?!

    Le médecin discutait visiblement de nous deux avec sa collègue, je soupirais, tout cela n'avait pas d'importance, je me fous de ce que les gens peuvent penser et ce particulièrement si ça me touche.
    Quentin débarqua dans la chambre les bras chargés de choses à manger, j'étais certain qu'il avait dévalisé le distributeur, m'enfin, c'était moi qui le lui avait permis alors. Rasberry trouva alors rien de mieux que de discuter encore une fois avant d'accepter. Comme toutes les femmes ? Pas sûr...

    D'un signe, je leur demandais à tous de quitter la pièce, ce qu'ils firent sans discuter et pour cela je les remerciais.


    « Des amis hein ? Vous voulez peut-être les appeler pour leur dire que tout va bien... »

    Je réfléchissais, je n'avais pas envie que Circus me tombe dessus parce que j'ai sauvé un des leur et qu'elle doit rester jusqu'à ce qu'elle aille mieux, jusqu'à ce que je l'ai décidé.

    « Mangez Rasberry, sinon vous ne pourrez pas repartir, vous ne comptez pas rester indéfiniment ici, avec moi...si ? »

    Je voulais qu'elle reste pour une raison inconnue, j'avais tellement envie de savoir pourquoi elle me faisait cet effet et savoir si j'avais tout simplement un problème... J'y tout de même faire un check-up complet avant la semaine prochaine, juste au cas où...

    « Que pouvez-vous me dire d'autre Mademoiselle ? »

    J'étais juste aimable essayant d'entretenir la conversation sur elle, et puis au moins je pourrais savoir si elle est mariée ou liée de quelle sorte que ce soit à la réaction du mot demoiselle. Alors, Rasberry, qu'allez-vous m'apprendre ? Pas grand chose de votre gré je pense, mais ça vaut le coup d'essayer.


Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 21 Juin - 15:03

« En fait, non. Mais je ne peux pas me résoudre à ne rien faire lorsque je vois quelque chose comme ça. »

J'écarquillais les yeux m'imaginant Shin dans un costume d'un blanc tendant une épée en acier éclatante...Oui c'est puérile mais la façon dont il a dit cette phrase ma fais penser à ça. Un homme intègre qui ne supporte pas de voir les faibles assujetties par de grosses brutes sans âmes. J'avoue que sur le moment mon regard c'est attendri pour lui mais traite de plaisanterie je suis qu'une simple inconnue pour lui qu'il a ramassé dans la rue en mauvaise posture. Je suis sur qu'un homme comme lui, plutôt aisé, beau....tres beau garçon et de plus homme d'affaire doit crouler sous les filles comme moi sous la pluie. Il a juste bon coeur pour être aussi gentil avec moi rien de plus, rien de moins. De toute façon pourquoi je pense à ça ? Je n'ai pas à faire des explications sur quelque chose qui n'existe pas ! Le sac de barre chocolaté en main, je le regardais avec de grands yeux quand il ose enfin poser son séant sur le lit en face de moi et comme par surprise ou pas d'ailleurs venant de lui, il laisse quand même une certaine distance entre nous. Après tout, il a peu être ses raisons. Je ne lis pas dans les pensées encore! D'un signe de sa part tout le monde sort de la pièce, ils obéissent vraiment aux doigts et à l'oeil ceux là! Impressionnant ... Nous voilà seul, tous les deux dans cette grande pièce avec mon paquet de barre chocolatés entre les mains. Je pose mon regard sur les barres puis sur lui. Sur le moment, je ne savais pas trop quoi dire et comment me comporter. Cette pièce avec nous seul dedans devenait presque gênante. Je commence comme à mon habitude à jouer avec une mèche de mes cheveux pour ....pour me destresser! Oui je ne sais pas pourquoi mais j'avais une boule au ventre et les mains moite, signe avant coureur de stress non? J'allais ouvrir ma bouche pour lancer la discussion quand il répliqua avant moi.

« Des amis hein ? Vous voulez peut-être les appeler pour leur dire que tout va bien... »

Je souris sur le coup n'aillant pas trop saisie mais pas grave j'avais la tête à autre chose en ce moment surtout que devant moi j'avais de belles tablettes de chocolat. A vous de deviner ou imaginer de quoi je parle... Il me disait de manger pour reprendre des forces et pouvoir partir, il avait des choses à faire sans doute et même s'il ne voulait pas me le dire il restait et prenait soin de moi pour repartire a ses occupations la tête tranquille. Au fond j'avais un pincement au coeur, pourquoi? Je ne sais pas mais je voulais rester ici.....avec lui....je trouvais sa présence de plus en plus agréable même si il parrait froid je suis sur qu'il fait cela pour ne pas être blessé ou pour montrer une sorte de sureté de soi face aux autres. Je sors une barre chocolatée et la mange avec des étoiles dans les yeux, comme si je n'avais pas mangé depuis des siècles, j'en avais presque honte devant Shin. Je baisse la tête un peu gênée puis lui tend une barre par politesse. Oh mon dieu, le vaisseau,les gens qui m'attendent pour manger! Mon Sac! Mes courses! Mon bracelet qui clignote depuis tout à l'heure! Tout es bousculaient dans ma petite tête rose. Je commence à regarder partout un peu paniquer pour repérer mes affaires qu'il avait gentiment apportées jusqu'ici puis reposte mon regard brusquement sur lui en me penchant sur lui et lui prend les épaules comme pour le faire réagire à ce que lui venait de me dire. Bizarre ce que je fais? Non je suis Bizarre tout court.

"mes amis ils ....mon téléphone vite mon téléphone!"

Je sort du lit un peu en catastrophe manquant de me prendre le pied de la......non je me le suis pris en faite pour ne pas changer à ma super habilité de tout les jours! En plus du bras et de ma tension faible voilà que je me retrouve avec un bleu au genoux et mon petit orteile qui me lance. Ce n'est vraiment pas ma soirée! Je fouille comme une folle dans mon sac à la recherche de mon téléphone mais rien à l'horizon IL A DISPARUS! Je m'assois par terre blasée et surtout fatiguée puis soupire longuement et marmone.

"le monde m'en veut ce soir....."

Puis tout à coup je réfléchie, ce qui m'arrive pas souvent je le conçoit mais la j'ai eu une idée. Pas celle du siècle mais une idée quand même! Je regarde Shin par dessus mon épaule et penche la tête avec mon plus beau sourire.

"Dite...vous pourriez me prêter votre téléphone que je l'est appel pour qu'ils ne s'inquiètent pas?"

Connaissant les autres s'il ne me voyais pas arriver depuis tout ce temps apres de simple courses, j'en connais deux trois qui commençeraient à paniquer comme si la fin du monde s'abatait sur eux. Je ne site aucuns noms pour plus de crédibilité de leurs part. Je me retourne toujours souriante. C'est la chose que je savais le mieux faire, car on ma toujours dit "un sourire peu ouvrir toutes les portes" et ce dicton n'est pas faux je peut vous l'assurer! Combien de fois on ma offert des choses ou acceptées des choses juste grâce a mon sourire! Enfin je reste assise par terre, pas par envie mais sourtout parce que j'ai la tête qui tourne un peu alors tomber une fois devant lui ça va on va pas en rajouter une couche pour qu'il me trouve encore plus lourde que maintenant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Ven 21 Juin - 19:51

    C'est une jeune femme, charmante, intrigante qui a du caractère. Si j'avais pu, j'aurai parlé d'elle à ma mère, je pense qu'elle m'aurait dit que Rasberry me plaisais. C'était plutôt vrai, d'ailleurs, plus je réfléchissais et plus je me disais que dans un sens je devais l'avoir acceptée. C'est vrai... J'avais plus parlé avec elle, qu'avec les autres personnes sorti du contexte du travail. Et puis elle me fascinait aussi beaucoup, sa manière d'être « vraie » m'attirais.
    C'était comme si je pouvais passer des heures à ses côtés sans rien n'avoir à lui dire, juste à l'écouter, à la regarder, c'était bizarre, surtout pour moi. L'Amour ? On n'en parlait pas beaucoup, seulement lorsque j'étais avec ma maman. Triste à dire, mais lorsque je n'ai plus été avec elle, la seule chose qui comptais était le résultat, la performance et pour cela il fallait laisser de côté le superflu. Dont les sentiments. L'amour, était pour mon père, un sentiment inutile, il ne servait qu'à entraver son ascension. Je soupirais tout seul. Franchement que devais-je penser de tout cela ? Et je ne pouvais me confier à personne, car après tout, je suis seul.

    Un frison me parcourut l'échine, une sensation désagréable et de froid. Je me souviens alors de ce que ma mère m'avait dit :: « Trouves-toi une partenaire avec qui tu pourras vivre de bons et de mauvais moments. Une personne qui comptera plus que tout au monde. Une amante, une confidente, une amie. Quand tu la trouveras tu sauras... ».

    Était-ce la bonne personne ? Je n'étais pas encore sûr, franchement, mais il était possible que cette fascination soit un début de sentiments.

    Je regardais la demoiselle paniquer. Ça lui faisait sans doute du bien de bouger, même si c'était sous pression, avec un peu de stress. Mais bon, si elle pouvait bouger c'était bon signe. Elle se cognait un peu, mais rien de bien grave, disons pas assez pour que je me déplace. Je la regardais, la trouvant très belle mais ça, c'était encore du hors sujet. J'étais peut-être trop fatigué, je sais pas, pas assez sur la défensive. Pas comme d'habitude quoi. J'avais grand besoin de vacances ou de congés, mais seul ? Pas intéressant. Avec elle ? Je ne la connais pas assez.

    Puis d'un seul coup, elle se retourna vers moi un sourire aux lèvres et me demanda si je pouvais lui prêter mon portable vu que le sien n'était plus dans la pièce. Je le cherchais alors dans la poche de mon pantalon avant de le lui tendre.


    « Tenez. »

    Elle prit mon téléphone puis passa son coup de fil, mais je sais pas, je la regardais et elle ne semblait pas encore pouvoir tenir debout, comme si l’adrénaline de la perte de ses affaires était évanouie. Elle termina son coup de fil et revint sur le lit, légèrement soulagée je crois. En même temps je pouvais comprendre, elle avait pu rassurée ses amis et c'était important.

    Je la regardais, pour moi, elle semblait pas très bien alors, je m'approchais d'elle, la poussant à s'allonger sur le lit, me retrouvant très près d'elle puis passa ma main sur son front pour vérifier qu'elle n'avait pas prit froid, un peu de fièvre était si vite arrivé. Je restais alors un peu plus que nécessaire, me sentant plutôt bien, puis croisant son regard je me retirai assez rapidement.


    « Désolé. »

    Je me levais alors et me dirigeais vers la salle de bain, puis ferma la porte, je devais me rafraîchir les idées. Si elle n'était pas fiévreuse, ça devait être mon cas. Je me sentais pas bien, un peu désorienté mais m'accordais un petit moment de faiblesse, me laissant glisser dos à la porte et m'asseyant pour réfléchir un peu et surtout souffler.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 22 Juin - 14:40

Bon apparemment, il ne voulait pas de ma barre chocolatée. Je la range, je la mangerais plus tard, on ne gaspille pas les bonnes choses ! Je ne pouvais pas arrêter de le regarder discrètement, pourquoi je réagis comme cela avec lui ? Ce n'est pourtant pas le premier garçon que je rencontre. Pourtant c'est la première fois que je suis si calme et si perturbée en sa présence. Il me plait ?... Je ne sais pas je n'ai jamais ressentis ce genre de sentiments, et je sais ce que je dit après avoir essuyé tant de déceptions, de mauvais plan et de coup raté.... Avec lui, je me sentais différente, différente en mieux, un peu comme une princesse. C'est idiot de penser ça ? Peu être, mais je me sentais agréablement bien avec lui un paradoxe vu qu'il est assez froid et distant. J'utilisais son téléphone pour appeler Sae et la prévenir que tout allait bien et que je ne tarderais pas. Au vu de sa voix elle semblait perdue et paniquée la pauvre, je me mets à sourire en pensant à elle, ma petite Sae...

Me levant doucement, je me repose sur le lit à côté de lui et lui rends son téléphone en le remerciant chaleureusement. Je me remets comme tout à l'heure en tailleur sur le lit en face de lui. Ses yeux... Ses yeux bon sang ... Comment peuvent-t-ils tant me passionner ?

Dans un petit, mais discret soupire, je m'étire de tout mon long et penche la tête en souriant. Je n'avais toujours pas d'idées pour relancer la discussion, personnellement le fait de passer du temps avec lui sans parler ne me dérange pas au contraire juste sa présence me suffisais pour sourire et me sentir bien. Mais je ne voulais pas qu'il s'ennuie et me trouve fade et banale... Je ne sais pas pourquoi je voulais absolument attirer son attention pour ... Pour que je lui plaise, maintenant que je me mets à réfléchir. Tout est claire pourtant, mais j'avais du mal à le concevoir, c'est tout. Il me plaisait certes, mais je ne suis pas dans le même monde que lui.  J e reporte mon regard sur lui quand tout à-coup il s'approche de moi, cette action ma fait sursauté sur le coup mais au fond sa ne me dérangeais pas. Il se rapprochait de plus en plus me fessant basculer pour que je m'allonge, je me retrouve avec lui juste au dessus de moi et plutôt prés de plus est. Je pouvais sentir la chaleur qu'il émanait, douce, rassurante très agréable en somme. Mon cœur commençait à battre de plus en plus fort sans que je puisse le contrôler. Il ne fallait pas être une lumière pour comprendre que sa proximité me chamboulait et me plaisait. Il pose sa main sur mon front comme pour prendre ma température, je louchais sur sa main qui était délicate, prudente et apaisante. Entre nous si nous devions voir qui avait de la température se serait peine perdue, à en juger à la chaleur qu'il dégage, je n'étais pas le seul à sentir une chaleur montante dans le corps. Je croise son regard par hasard et il se recule brusquement en s'excusant. Je me pince la lèvre un peu déçue, mais secoue la tête et reprend mon sourire pour le rassurer qu'il n'avait rien fait de mal.

« Non ce n’est rien… »

Je rougissais affreusement maintenant qu'il s'était retiré, j'avais vraiment chaud, mais rien avoir avec de la température. Sans crier gars, il se lève sans rien dire et se dirige dans une petite pièce adjacente à la salle où nous sommes. À en juger par les meubles, c'est une salle d'eau. Je ne comprends pas trop ce qui se passe mais une chose et sur c'est qu'il ne semblait pas bien .. Mais pas bien du tout. Les yeux écarquillés, je le suivais du regard un peu surpris jusqu'à ce qu'il s'enferme dans la salle...

« Shin…. ? »

Qu'est-ce qui se passe ? J'ai fait quelque chose qu'il ne fallait pas ? Je regardais un peu partout autour de moi essayant de comprendre le pourquoi du comment de ce renversement de situation. Je me remets à fixer la porte fermer ne sachant pas trop ce qu'il lui arrive, mais très inquiète. Oui, je m'inquiétais de plus en plus commençant presque à avoir des larmes aux yeux. Je décide de me levais doucement pour m'approcher de la porte. Restant quelques minutes devant la porte je n'osais pas frapper, mais décide quand même de le faire. Timidement, je toque à la porte et demande d'une petite voix.

« S…Shin ? Vous allez bien ? »

Je m'approche plus de la porte posant une main sur le bois et baissant les yeux inquiets attendant une réponse de sa part. Je ne sais pas pourquoi il a réagi comme ceci, mais je m'en voulais, je ne comprenais pas, mais ça me fessait mal. Partir comme ça ? Impossible, il faut que je le voie et comprenne, presque comme un besoin. Besoin de lui.. Comment peut-on s'attacher aussi rapidement ? On m'avait parlé du coup du foudre, mais là, c'est un peu rapide... Non ? Je décide de re frapper à la porte le cœur serré comme si j'allais le perdre, comme si j'allais perdre ce Shin aussi ! Recommençant à paniquer comme dans la rue, je m'assois par terre devant la porte le front et une main sur le bois de la porte ne pouvant pas retenir une larme qui s'écrase sur la moquette. Je commençais à désespérais sans saisir pourquoi.

« Répond moi s’il te plait Shin…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 22 Juin - 16:13

    On ne peut pas tout contrôler, c'était impossible. Malgré cela j'aimerai avoir ce pouvoir au moins sur moi-même. Je soupirais, j'avais du me surmener un peu trop ces derniers temps, surtout avec cette nouvelle alliance. J'étais surtout quelqu'un de curieux et qui aime prendre des risques. C'était la raison pour laquelle j'avais accepté leur proposition. Rien de plus, mais avec l'entreprise, en ce moment c'était un peu la folie. Finir tard le soir ? Non, carrément dans la matinée, et ne dormir que quelques petites heures par jour. Des vacances seraient les bienvenues. Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais enfermé dans la salle de bain, mais Rasberry-chan avait sans doute déjà plié bagages. Après tout, elle ne restait que parce que je l'empêchais de s'en aller. Pathétique n'est-ce pas ? Etre obligé de retenir la personne qui retient (et c'est le cas de le dire), toute votre attention.
    Même après m'être passé de l'eau sur le visage, j'avais toujours le front chaud. J'étais toujours très chaud même en plein hiver, mais là cela semblait quelque peu différent, j'avais du prendre froid, même si j'espérais que ce ne soit pas vraiment le cas.

    Une envie de sortir ? Je n'étais pas bien sûr, mais j'entendis la voix de la jeune femme, apparemment elle était toujours là, me demandant si j'allais bien. Je souris un peu derrière ma porte. Je vais super bien si l'on enlève la sensation de chaleur et le fait que je me sente lié à elle depuis que nos regards se sont croisés. Qu'est-ce qu'elle irait faire avec un type comme moi ? Et puis pourquoi ? D'ailleurs les membres de Circus peuvent-ils avoir des « amis » autre ? Je sais pas moi, mais il n'y avait aucune chance pour qu'une chose pareille se produise. Il fallait que je mette fin à cette mascarade sinon je n'allais pas pouvoir le supporter. Ce n'est pas « normal » de ne pas pouvoir se contrôler après une rencontre, ce n'est pas normal d'être touché de la sorte. Personne ne doit entrer dans mon propre cercle, je n'ai besoin de personne, et personne n'a réellement besoin de moi. Voilà tout ce que je dois me répéter car telle est la vie.

    Elle me demandait de lui répondre, la voix un peu tremblante je crois. S'inquiète-t-elle pour moi ? Impossible... Elle n'arrive pas à sortir et elle a besoin de moi pour cela ? Je me repassais alors un coup sur le visage, pour me réveiller à nouveau et puis la sensation de froid me faisait du bien et me permettais aussi de reprendre mon masque de glace et mes esprits aussi ébranlés soient-ils...

    La main sur la poignet je n'étais pas certain que je puisse affronter son regard et son potentiel sourire. M'enfin, je soufflais puis ouvris la porte, la ramenant vers moi une Rasberry me tombant dessus, un peu surprise que la porte s'ouvre. Je la rattrapais contre moi, l'entourant de mes bras, la serrant un peu plus que nécessaire. Bonnes décisions envolées et lui caressais le dos puisqu'elle semblait pleurer. Je me demandais bien pour quelle raison mais bon, je préférais ne rien dire puis au bout d'un moment, je la soulevais et la ramenais sur le lit.

    Je le regardais, me demandant franchement ce que j'allais bien pouvoir faire d'elle, et de moi-même.


    « Pourquoi n'en avez vous pas profité pour vous en aller ? Pourquoi vous êtes-vous appuyé contre la porte ? Pourquoi ? »

    Je me demandais surtout pourquoi elle me faisait autant d'effet. Sensibilité augmentée d'au moins cinq points, ce qui est trop. Je me rassis dans le fauteuil près du lit, me sentant pas de retourner trop près d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 22 Juin - 21:48

Sans que je mis attende la porte s’ouvre, ne me laissant pas le temps de me tenir sur mes deux jambes. Je me retrouve une énième fois dans ses bras..mais cette fois ci c’était différent, j’avais l’impression que son étreinte était plus forte et de plus il me caressait le dos avec délicatesse, je frissonnais sous ses mains. C’était vraiment plaisant. Je me sentais en sécurité et calmée. Toujours consciencieux il me ramène sur le lit pour mit déposer avec douceur. Incroyable comment tout ce qu’il fessait me charmais, je soupire un moment soulagée qu’il soit enfin sortit de sa salle de bain mais je sentais que quelque chose était différents, je le regardais et voyais que sa n’allait pas si bien. Je ne disais rien pour ne pas envenimer la situation. Me contentant de le regarder inquiète. Quand il finit par me lança assez directement et plutôt brutalement.

« Pourquoi n'en avez vous pas profité pour vous en aller ? Pourquoi vous êtes-vous appuyé contre la porte ? Pourquoi ? »

« Heu..je…mais…. »

Je ne savais vraiment pas quoi dire, choquée, surprise, étourdit mais surtout touchée. Pourquoi je suis restée ? Il me le demandait comme cela à croire qu’il souhaite que je part…Peut être qu’il le veut vraiment mais qu’il ne trouvait pas la façon de me le dire mais que par ma stupidité et mes illusions envers lui je ne l’est pas compris et que maintenant il a eu sa dose … non seulement je m’en voulais mais je me sentais mal, comme un sentiment de rejet. Mon cœur se serrait à cette idée qu’il me rejette comme ça ! Mais je devais garder la tête haute, je suis un fantassin et une femme sur d’elle. Je ne devais pas me retrouver dans cet état pour un simple homme, un simple coup de cœur. Soupirant un bon coup je relève la tête vers lui avec un regard plutôt dur.

« Je suis restée parce que je me suis inquiétée pour vous ! »

Je me relève m’approche de lui et de son fauteuils sur lequel il c’est assis remettant ma veste plutôt en colère et lui pointe le torse avec mon doigt de façon brusque.

« Mais si je vous gêne il fallait le dire plutôt, jouer la comédie du gentil homme serviable alors que sa vous embête plus que tout c’est vraiment pitoyable ! Dire que je vous m’étais sur un pied d’éstale ! »

Je me retourne pour prendre mes affaires, mes sacs de courses, à moitié débraillé car pour une raison j'étais complètement chamboulée et retournée par son comportement changeant et surtout par le sentiment pesant et horrible qui me traversais le corps ç l'idée qu'il est juste joué la comédie avec moi, je chuchotais.

« Vous êtes exactement comme tout les autres je suis vraiment qu’une gourde … »

Malgré la colère que j’avais je ne voulais pas le quitter mais devais le faire je n’allais pas jouer les gamine écervelées qui s’entiche de son sauveur. Il ne voulait pas de moi, je n’avais plus rien à faire ici alors. Puis une relation en tant que circus et plutôt difficile…alors peu être est ce mieux comme ça ! Commençant à partir vers la porte de sortie une larme coulait toute seul sur ma joue, je l’essuie aussi vite quelle tombait pour ne rien montrer même si mon sourire était partis depuis longtemps. Commençant à ouvrir la porte je me retourne de façon brusque le visage humide comme une enfant et lui lance un regard accusateur.

« Merci quand même pour tout, enfin sa n’a plus d’importance maintenant…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Jeu 27 Juin - 15:38

    Je ne savais pas ce que je pouvais faire, j'avais l'impression de nager ou plutôt de couler en territoire ennemi sans aucune échappatoire. Je voulais être avec elle, je voulais la connaître plus, mais je voulais aussi qu'elle soit là parce qu'elle le voulait réellement. Pas parce que je l'obligeais à demeurer avec moi, le temps qu'elle aille mieux. Non, tout cela n'était qu'une excuse, une vile excuse pour passer du temps avec celle qui fait battre mon cœur. Comment est-ce tout simplement possible ? Moi qui pensais que jamais un tel jour arriverai, je dois dire que je suis un peu surpris et je ne sais pas comment réagir. Je suis novice en la matière et à ce train là ce n'est pas près de s'arranger. J'avais oublié de composer avec la psychologie féminine, mettant une partie de mon cœur à nu, et la demoiselle allait partir avec cette même partie mais aussi en faire de la charpie car, bien entendu, elle pense que je la rejette, et puis sans arranger le tout, je suis pas l'homme le plus engageant de la Terre. M'enfin, j'ai tout de même capté qu'elle était restée parce qu'elle s'inquiétait pour moi. C'était le clame avant la tornade ça !

    J'étais plutôt heureux qu'elle se soit inquiétée pour moi, c'était le signe qu'elle tenait un peu à moi ? Ou alors qu'elle s'en fout comme de l'an quarante et que c'était un souci de conscience...


    « Mais si je vous gêne il fallait le dire plutôt, jouer la comédie du gentil homme serviable alors que ça vous embête plus que tout c’est vraiment pitoyable ! Dire que je vous m’étais sur un piédestal ! »

    Que...que...Ah oui, je disais, psychologie féminine, Rasberry un point, Shin, zéro. Je voulais lui dire que c'était pas ça, que je jouais pas la comédie, qu'elle compte pour moi ? Oui ça aussi, mais c'est impossible, elle me trouvera encore plus pitoyable, misérable même. Je sais pas y faire, je ne suis pas habitué, je n'ai jamais aimé personne et ma mère ne compte pas dans ce genre de problèmes. Elle range ses affaires ! Shin bordel, faut bouger, tu tiens à elle ? Oui, mais ça ne fait pas si longtemps que cela qu'on se connaît. Je regardais ma montre, cela faisait exactement quatre heures et trente-trois minutes ! Est-ce qu'on peut tomber amoureux comme ça ? Possible, je sais pas moi ! J'étais tétanisé et puis j'analysais le tout, je suis un homme de raison et non de sentiments !

    « Merci quand même pour tout, enfin ça n’a plus d’importance maintenant…. »

    Avant que je ne puisse penser quoi que ce soit j'étais auprès de Rasberry, la prenant dans mes bras. Chose illogique puisque si elle veut s'en aller, autant qu'elle le fasse, alors elle ne verra pas à quel point je suis un homme détestable. Je mettais mon visage dans le creux de son cou et de ses cheveux, je respirais alors son parfum, restant là un moment, je ne pouvais pas simplement la laisser s'en aller. Je ne pouvais pas laisser partir à nouveau la femme de ma vie. Ma mère étant la première au sens maternel du terme. Je ne veux pas une deuxième maman ou quoi que ce soit.

    « Je suis...désolé...je...je ne sais pas...je ne peux pas...exprimer mes sentiments...correctement...je suis désolé...restez... »

    J'étais pathétique n'est-ce pas, mais j'étais réellement malheureux et même ma façade glacée commençait largement à fondre. Je la lâchais à présent, franchement, je la retenais alors qu'elle voulais s'éloigner de moi. J'étais trop con parfois. Je rougissais quand même aussi à cause de mon étreinte, puis je mettais ma main sur mon visage, totalement perdu et ne sachant franchement plus quoi faire. Si elle le voulait vraiment elle pouvait s'en aller, mais je ne pouvais pas le lui dire sinon elle le prendrait sans doute mal, et puis je ne voulais pas de ça.

    « Désolé de vous ennuyer, désolé de vous retenir alors que vous voulez partir, mais...moi je veux...pas que vous partiez. »

    Égoïste. Je suis le pire des hommes. Une larmes coula furtivement d'un seul de mes deux yeux, je l'essuyais rapidement, je ne voulais pas pleurer, c'était indigne de moi, et indigne d'elle. Je n'avais qu'à la regarder partir et aller déprimer dans mon coin, des bouteilles. J'avais besoin de boire. Boire pour oublier, puis boire pour oublier que je bois.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Doriann
CIRCUS
CIRCUS
avatar

▬ Messages : 180
▬ Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 29 Juin - 9:00

Je n'ai pas le temps de faire un pas dehors que deux bras apparaissent de part et d'autre de mes épaules et me prennent brusquement. Les yeux écarquillés, je regarde devant moi complètement perdu et étonnée, je ne réalisais pas tout de suite à qui appartenait ces bras, des bras protecteurs et extrêmement chaleureux et confortables. Je tourne doucement la tête, mais avant que je ne le voit-il blotti sa tête contre le creux de mon cou. Je pouvais sentir son souffle dans ma nuque, un léger frisson électrique me traverse le corps et je me paralyse quelques secondes les yeux mis clos par un sentiment de bien être me traversent comme un éclaire. Je pouvais de nouveau sentir la chaleur de son corps contre moi, ses bras me tenant contre lui, je me sentais tout à-coup en sécurité. Il ne pouvait pas savoir combien cela me plaisait d'être dans ses bras et je ne sais même pas s'il se rendait compte de l'effet que ça me faisait. Je ne pouvais pas voir son visage étant de dos, mais je sentais quelque chose couler sur ma nuque. Des larmes ? Il pleure ? Je me pince la lèvre à cette idée, trouvant cela touchant et quelque peu hypocrite après la façon dont il m'a renvoyée. Sans le vouloir, je lui tenais fermement les bras comme pour ne pas qu'il me lâche.

« Je suis...désolé...je...je ne sais pas...je ne peux pas...exprimer mes sentiments...correctement...je suis désolé...restez... »


Mes yeux restaient figés dans le vide en entendant ses paroles raisonner dans ma tête, exprimer ses sentiments ? C'est vrai, j'ai du mal à comprendre et ça me fait cogiter. Il a du mal à exprimer ses sentiments ? Quelque chose l'en empêche ? Et bien entendu, la seule chose qui me vient en tête comme une évidence frappante, qui explique non seulement son attitude distante, son mal aise, le fait qu'il ne sache pas quoi faire. Tout se résumer enfin dans ma tête, il était fidèle, une jeune fille était déjà dans son cœur et il ne savait pas comment réagir avec moi. Tout devenait clair pour moi... Une douleur me serrait le cœur à cette pensée, les larmes me montais aux yeux mais je serrais les dents pour ne pas les faire couler, je n'ai pas le droit de faire ça. je ne suis pas ce genre de personne qui brise des vies pour obtenir ce qu'il veulent, car oui je le voulais, oui il m'attirait et me plaisait .... Mais j'avais compris qu'il était comme un rêve, on peut le voir, mais pas le toucher. Il finit par me lâcher et je me retourne pour le regarder, mes yeux étaient humides et le voyant rougir celas me rendait encore plus mal de vouloir le quitter. Un frisson me traversa le ventre lorsque je sentis la chaleur de sa main sur ma joue, je le fixais dans les yeux, les miens vacillaient comme de petites flammes. J'étais en même temps en admiration devant sa beauté qui m'attitrait, mais aussi voulais graver ce visage dans ma mémoire, car je n'aurais plus que mes souvenirs pour seule compagnie dans pas longtemps. Je ne le quittais pas du regard, je ne voulais pas surtout. Je pose machinalement ma main sur la sienne et la serre délicatement.

« Désolé de vous ennuyer, désolé de vous retenir alors que vous voulez partir, mais... Moi, je veux... Pas que vous partiez. »

Il ne voulait pas que je parte ? Il ne faisait que se contredire depuis notre rencontre, il doit vraiment être perdu... Tout ça à cause de moi. Je baisse les yeux ainsi que la tête, triste, oui, j'étais vraiment triste, mais je devais tenir, mes yeux sous ma frange, je prends une grande bouffé d'air et décide de lui expliquer "cash" pour ne pas qu'il souffre plus, et surtout que moi, j'arrête de me faire des illusions et tomber d'encore plus haut que je viens de l'être.

"Croyez-moi je voudrais réellement rester avec vous.... Mais...Je ne veux en aucun cas être la cause de problème entre vous et votre amie, je ne suis pas stupide j'ai bien vu votre attitude et j'ai vite compris que vous l'aimiez. Et je trouve sa honorable...."

Je me défais de lui, reculant, prenant un peu de distance, mais je n'arrivais pas à le regarder, mon cœur me brulais comme s'il s'atrophiais dans ma poitrine. Je ramasse mes sacs de course qui étaient tombés une énième fois par le fait qu'il m'avait pris brusquement dans ses bras tout à l'heure. Serrant le sac contre moi comme une bouée de sauvetage, je m'incline pour le remercier encore une fois.

"Pardonnez-moi de vous avoir causé des problèmes et des doutes... je ne ..je..."

Je n'avais pas serré les dents assez fortes, les larmes coulaient comme un robinet ouvert au maximum, je ne pouvais pas finir ma phrase, car elle me fessait plus mal à moi que je ne l'aurais pensé. Lui dire que je ne voulais plus le revoir était le plus gros mensonge que je n'avais jamais dit durant ma triste vie. Je lui tourne le dos la tête rentrée dans les épaules les larmes coulant toujours comme une fontaine qui commençait même tremper le plastique de mes sacs qui me servaient de bouclier contre ma peine et la douleur que mon cœur ressentait, briser était le mot, jamais Oh grand jamais je n'avais eu si mal pour un garçon. À croire que je suis maudite, après tout le voir heureux avec son amie sera peu être mieux, l'un de nous sera peu être à même de toucher le bonheur.

J'avançais dans le couloir voyant quelques personnes travaillantes ici dans la logique me dévisager, certes, je faisais un peu tache dans le décor, une pauvre fille avec ses sacs de courses qui pleurait comme une madeleine. Mais ce n'est pas une raison pour me fixer de la sorte! De toute façon plus rien n'avais de sens à présent, je marchais droit, pour rentrer et me jetterai en pleure dans les bras de Sae... j'avais du mal à réfléchir et à penser ... je ne savais plus quoi faire.

"Mademoiselle ! Eh Ho Mademoiselle"

Une main se pose sur mon épaule et je tremble de peur ne m'attendant pas du tout à celas, je me retourne brusquement et qui je vois, l'homme des barres chocolatées qui me tend quelque chose, des poivrons ? Mes poivrons ! J'avais dû les échapper dans ma marche sans but. Je les prends le visage presque décomposé et humide et le remercie avant de reprendre ma route sans un mot de plus, même lui me regardais bizarrement pour tout dire.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   Sam 29 Juin - 17:57

    Je lui ouvre mon cœur et elle, elle me dit qu'elle ne peut pas rester parce qu'elle ne veut pas créer de problème entre moi et mon « amie ». Bref. Tout ce dont j'avais besoin, le besoin qu'on m'affuble d'une petite amie, d'une compagne imaginaire. Je sais pas, j'avais du rater un épisode, c'était ça. Et puis cette chaleur ! J'avais trop chaud, je me sentais...trop bête, j'étais sur les fesses. Franchement, est-ce qu'à un seul moment j'ai parlé de quelqu'un d'autre ? Est-ce que j'ai une gueule à avoir une copine ? Laissez moi vous rire au nez. Et le pire de tout « j'ai bien vu que vous l'aimiez... ». J'aurai alors tout entendu. Franchement. Non, mais là j'étais en plein délire, ça se voit que j'aime quelqu'un ? Oui, vous bordel ! La petite femme à la chevelure couleur d'un macaron à la framboise, mais je suis trop con n'est-ce pas ? Elle a utilisé la façon polie pour dire à un homme, qu'elle ne veut pas de lui voilà. Et elle s'en va en pleure, me laissant là comme un clampin.

    J'avais chaud, je ne me sentais pas bien, et puis je venais de me prendre le plus gros râteau de toute ma vie entière. Bien la peine d'ouvrir son cœur pour ça. Franchement, on aurait pu me prévenir, au moins je ne l'aurai pas fait ! Pas pour un tel résultat. Je me touchais le front, j'étais chaud, non, plutôt brûlant. Je devais avoir un peu de fièvre, mais tant pis, j'étais toujours debout, donc ça allait. J'ouvris alors la fenêtre, la regardant me fuir à toutes jambes, se faisant rattraper par Damian car elle était tellement pressée de s'en aller qu'elle en perdait ses denrées.

    Je souris un peu, puis me posa sur la rambarde de la fenêtre, très bonne sécurité enfant, mais je ne suis plus un enfant n'est-ce pas ? Je laisse mes pieds pendre dans le vide, le vent me balayer le visage. Cela me faisait un peu de bien, au moins j'avais l'impression de pouvoir lâcher prise le temps d'un instant, le temps de me réveiller de ce cauchemar. C'était un cauchemar oui, car j'avais enfin trouvé une âme-soeur et...et elle ne voulait pas de moi. Le Prince des Glaces venait de mettre le feu à son Royaume.


    « HIIIIIIIIIII !!!!!!!AAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH », fit la voix d'une femme, un cri strident franchement désagréable et peu mélodieux. Je regardais la personne d'en haut et lui dit.

    « Vous devriez prendre du miel pour adoucir votre voix mais aussi prendre des cours de diction. Votre voix est une horreur personnifiée. »

    Bonne humeur le retour ! Damian c'était retourné en entendant le bruit et semblait très mécontent. Ah ah ah...surprise. Ils étaient tous en train de se dire que j'avais envie de me suicider. Mais bon, je m'en foutais j'avais trop chaud. Et puis, je pouvais voir la demoiselle au moins le temps d'un instant. C'était bête car elle me trouverai pathétique, mais bon. Tant pis. Je me fous des critiques, de ce que pense les autres, n'est-ce pas ? Je ris un peu, j'avais besoin de boire un coup.

    Damian, avait l'air de s'excuser auprès de Rasberry et de presser le pas pour venir. Dommage pour lui j'avais fermé à clef la porte pour ne plus être dérangé. Elle avait choisit son camp, et ce n'était pas le mien.

    Je soufflais un peu, puis m'assis le dos contre le côté mur de la fenêtre, une partie de mes jambes toujours dans le vide. J'étais bien, je me sentais bien et puis, j'étais fatigué, j'avais de la fièvre, c'était pas bien d'être malade !

    Tant pis, car je suis seul et le resterai. Seul contre le monde, un monde sans Rasberry. Je fermais les yeux, me laissant porter par le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un rendez-vous inattendu || Rasberry Wood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Privé + Glen Pandora]Un rendez-vous inattendu ...
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karneval RPG :: Section HRP :: RP abandonnés/Terminés-
Sauter vers: